Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management de Mark Zuckerberg

Le fondateur et PDG de Facebook explique sa philosophie managériale dans la lettre aux investisseurs incluse dans le dossier d’introduction en Bourse de sa société.

Il appelle cette philosophie “The Hacker Way” (“la méthode des pirates informatiques”) et la résume en cinq points :

  1. Se focaliser sur l’impact : “La meilleure manière de maximiser notre impact est de nous assurer que nous nous concentrons toujours sur la résolution des problèmes les plus importants. Cela paraît simple mais nous pensons que la plupart des entreprises le font mal et perdent de ce fait beaucoup de temps. Nous escomptons que tout le monde au sein de Facebook soit capable de trouver les plus gros problèmes à résoudre.”
  2. Etre rapide : “Cela nous permet de construire plus de choses et d’apprendre plus rapidement. Dans la majorité des cas, lorsqu’elles se développent, les entreprises ralentissent leur rythme car elles ont plus peur de commettre des erreurs que de laisser passer des opportunités par excès de lenteur. Nous opérons selon un principe : ‘être rapides et casser des choses’. L’idée est que, si vous ne cassez jamais rien, vous n’êtes probablement pas assez rapides”.
  3. Prendre des risques : “Construire de grandes choses requiert de prendre des risques. Cela peut être effrayant et empêche donc la plupart des entreprises de réaliser les projets audacieux qu’elles devraient mettre en oeuvre. Cependant, dans un monde qui évolue extrêmement vite, vous êtes voués à l’échec si vous ne prenez aucun risque. C’est pourquoi nous avons un autre principe : ‘le plus grand risque est de ne prendre aucun risque’. Nous encourageons ainsi chaque collaborateur de Facebook à prendre des décisions audacieuses, même si cela implique de se tromper de temps en temps”.
  4. Etre ouvert : “Nous croyons qu’un monde plus ouvert est un monde meilleur parce que les gens qui disposent de davantage d’informations peuvent prendre de meilleures décisions et avoir plus d’impact. Il en va de même pour le management de notre entreprise. Nous faisons tout notre possible pour que tous les collaborateurs de Facebook aient accès au maximum d’informations sur chaque partie de l’Entreprise afin qu’ils puissent prendre les meilleures décisions et avoir le plus grand impact possible”.
  5. Avoir une valeur sociale : “La raison d’être de Facebook est de rendre le monde plus ouvert et plus connecté et pas seulement de développer une entreprise. Nous comptons sur tous les collaborateurs du Groupe pour se concentrer chaque jour sur la meilleure manière de créer par leur travail de la valeur pour le monde”.

Mark Zuckerberg – (CC) NDR FB-Dokumentation Milliardengesch. Freundschaft

Je n’ai rien à redire sur ces six principes même si je me reconnais plus particulièrement dans les deuxième et troisième. J’ai toujours professé sur Superception qu’il était d’une importance majeure pour une entreprise d’opérer selon des principes et des valeurs clairement définis (cf. notamment ici).

C’est naturellement plus difficile pour une grande entreprise que pour une start-up. Il sera donc très intéressant d’observer comment Facebook arrivera à concilier sa croissance avec le respect de ses cinq principes de management.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo