Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management de Walter Bonatti

L’immense alpiniste italien est décédé cette semaine. Le médiocre alpiniste que je suis est heureux de rendre hommage à ce héros du vingtième siècle.

Né en 1930, celui dont Dino Buzzati disait qu’il avait une “élégance de grand seigneur” a réalisé, pour ne considérer que son parcours dans les Alpes, nombre de premières souvent considérées comme impossibles à l’époque, au premier rang desquelles la face Est du Grand Capucin (1951), l’éperon Sud-Ouest des Drus en solitaire (1955), la face Est du grand pilier d’Angle (1957), le pilier Rouge du Brouillard (1959), la face Nord du grand pilier d’Angle (1962), l’éperon Walker des Grandes Jorasses en hivernale (1963) et une voie directe dans la face Nord du Cervin en solitaire et hivernale (1965).

(CC) piedradetoque.es

Malheureusement, le parcours d’alpiniste extrême de Bonatti fut également marqué, en 1954 alors qu’il avait seulement 24 ans, par le drame du K2 – la deuxième la montagne la plus haute du monde sise en Himalaya – dans lequel il fut trahi par deux de ses compagnons d’expédition. Il avait été convenu au sein de l’équipe italienne que Walter et le sherpa Mahdi achemineraient des bouteilles d’oxygène à la cordée qui devait tenter le sommet le lendemain et les attendait dans un camp d’altitude à plus de 8 000 mètres pour censément passer la nuit avec eux. Or les deux membres de cette cordée dirent à Walter Bonatti et Mahdi, une fois leur besogne accomplie, de laisser les bouteilles sur place et de redescendre au camp inférieur, une tâche pourtant impossible dans la nuit noire qui s’était installée sur le K2.

Ils abandonnèrent ainsi Bonatti et Mahdi par une température de –25 degrés et des vents de 70 kilomètres par heure. Bonatti et Mahdi n’échappèrent à la mort que grâce à une résistance physique et psychique extraordinaire. Ils furent de fait les premiers hommes à survivre à un bivouac à plus de 8 000 mètres. Mahdi manifesta son désespoir par des gestes insensés, obligeant par exemple Walter Bonatti à le retenir d’extrême justesse à deux reprises alors qu’il allait plonger la tête la première dans une pente vertigineuse et échapper pour toujours à cette nuit sur les rives himalayennes du Styx.

Après sa première au Cervin, Bonatti mit un terme à sa carrière d’alpiniste extrême, estimant qu’il ne pourrait plus que se répéter. Il débuta alors une vie d’aventurier à travers le monde au cours de laquelle il chercha toujours à se rapprocher de la nature, fût-ce au péril de sa vie. Il fit preuve, tout au long de sa double expérience d’alpiniste et d’aventurier, d’une rigueur et d’une intégrité qui lui dictaient d’évoluer dans les mêmes conditions que les pionniers et d’accorder autant d’importance à l’homme qu’au sportif. Une éthique qui lui gagna le respect de presque tous. Dans son Histoire de l’alpinisme, Roger Frison-Roche estime d’ailleurs que seul Reinhold Messner pourrait égaler Walter Bonatti au firmament de l’alpinisme.

J’avais eu la chance de parler il y a quelques années avec Walter Bonatti de mon livre sur la gestion de la peur par les alpinistes professionnels. Il s’était révélé aussi modeste et abordable que son carnet de courses est impressionnant.

En hommage à Bonatti, je voudrais donc vous livrer l’une des plus belles phrases de son livre Montagnes d’une vie : “Les montagnes n’appartiennent à personne mais les expériences appartiennent à chacun. Beaucoup d’autres peuvent grimper sur les montagnes, mais personne ne pourra jamais s’emparer des expériences qui sont et demeurent nôtres“.

C’est une phrase qui s’applique à toutes les circonstances de la vie, y compris celles que nous vivons au quotidien dans notre travail. Partout, sur les parois comme entre les murs de notre bureau, notre vie est in fine ce que nous décidons d’en faire.

Ciao Walter.

2 commentaires sur “La leçon de management de Walter Bonatti”

› Ajouter un commentaire

J’ai lu sur Wikipedia une version ci-dessous un peu plus détaillée. Le plus terrible est peut-être qu’il ait fallu 50 ans à Bonatti pour rétablir la vérité sur cette affaire. Comme quoi, l’alpinisme a aussi ses salauds.

Après la mise en place de plusieurs camps, le plan d’attaque du sommet est décidé : Achille Compagnoni et Lino Lacedelli monteront le camp IX, Walter Bonatti et Madhi (un Hunza) les ravitailleront. L’après midi du 30 juillet, chargés principalement de bouteilles d’oxygène, les deux hommes montent difficilement à ce dernier camp situé à environ 8 100 mètres d’altitude. Arrivés à l’endroit prévu, après maintes recherches du camp, ils sont obligés de bivouaquer dans la neige, abandonnés par Compagnoni et Lacedelli. Le lendemain ils redescendent, Madhi gravement gelé, Bonatti ayant eu plus de chance est peu atteint.

Entre temps le sommet a été conquis. Compagnoni et Lacedelli déclareront qu’ils ont vaincu le sommet sans oxygène, abandonnant les bouteilles deux heures avant le sommet, en accusant Bonatti de s’en être servi pendant son bivouac improvisé. C’est cette version calomnieuse qui sera officialisée par Ardito Desio et le CAI (Club alpin italien). Bonatti commencera alors son combat pour rétablir la vérité : il n’a jamais touché aux bouteilles qu’il a montées au camp IX. S’ensuivra une longue polémique, et c’est en 1993 que des preuves irréfutables seront dévoilées[1]. Il aura fallu 50 ans à Walter Bonatti pour rétablir la vérité sur cette affaire, puisqu’en 2004 le club alpin italien annonce enfin que la version officielle de l’ascension est celle de Bonatti

Lolo, c’est un bon résumé en effet. Mais il ne faut pas réduire (ce qui n’est pas ton cas) Bonatti à cette aventure et à cette trahison, tant son parcours alpin est exceptionnel. Ce fut d’ailleurs son combat, une grande partie de sa vie durant, d’arriver à faire triompher la vérité sans se perdre dans le souvenir aigri de cette nuit sans protection à 8 000 mètres. Bonatti atteindra d’innombrables autres sommets au propre comme au figuré… Amicalement. Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo