Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Découvrez les thématiques de mon nouveau livre sur la transformation numérique, “Le génie gênant”

Génie gênant, la révolution numérique confronte chaque jour des organisations au choix entre sursaut et sursis. Dans cet ouvrage, j’étudie les enjeux stratégiques qu’elle pose en matière de communication et marketing.

En premier lieu, elle suscite de nouvelles habitudes de consommation médiatique qui créent un déséquilibre des pouvoirs entre producteurs et diffuseurs de contenus. De ce fait, alors que les médias d’information devraient être des vigies de la démocratie, ils semblent de plus en plus aveuglés par l’impératif de survie économique qui assujettit leur travail. Facteur aggravant pour la vie civique, le web social fourvoie la formation des perceptions et permet au mensonge de prospérer.

Il faut dire que la révolution numérique impose aujourd’hui l’impératif de viralité au cœur des dynamiques médiatiques et favorise l’avènement de plates-formes surpuissantes. Elle créera demain de nouveaux chamboulements avec l’essor des technologies “wearable“, des drones, de la réalité virtuelle ou augmentée, de l’Internet des objets et de l’intelligence artificielle.

Dans tous les domaines, Internet rend nos Sociétés davantage horizontales. Cette mutation affecte le tri et la hiérarchisation des informations, assumés de plus en plus par les individus, comme les échanges entre marques et publics où l’énonciation fait place à la conversation. Les échanges des entreprises avec leurs publics passent ainsi d’un mode vertical à un mode horizontal. Face à ce nouveau défi, certaines marques deviennent des médias afin de rester pertinentes auprès de leurs parties prenantes. Parallèlement, le numérique agit comme un véritable détecteur de sincérité dans la relation entre les organisations et leurs parties prenantes. C’est le cas aussi bien en externe qu’en interne.

Partout, la révolution numérique sacre l’attention, et non plus le capital, comme la ressource la plus précieuse pour les entreprises : alors que le volume de contenus disponibles est infini et leur coût de diffusion nul, la seule variable d’ajustement est l’attention des publics. L’économie de l’attention repose sur la création de mécanismes de marché permettant aux individus de recevoir des services en échange d’une partie de leur attention. Son principal moteur est la pertinence des expériences proposées aux internautes. C’est pourquoi le respect de la vie privée s’affirme comme l’un des principaux enjeux de la révolution numérique.

De sa maîtrise dépendra l’ampleur du développement des commerces électronique, social et mobile qui constituent encore une espèce en voie d’apparition. De même, alors que l’avènement du numérique devait lui donner une efficacité mesurable sans précédent, le modèle publicitaire semble aujourd’hui en crise. A cet égard, l’engouement pour les systèmes de blocage est trop souvent appréhendé comme la cause de ce malaise alors qu’il n’est que le symptôme.

cover

Eclairé par 199 études de marché, recherches scientifiques et cas opérationnels, je réfléchis dans “Le génie gênant” (408 pages) aux répercussions de la révolution numérique sur les vecteurs d’information ainsi que sur la communication et le marketing des entreprises, avant de mettre en perspective la refondation des relations entre marques, médias et publics.

A partir de ces analyses, je propose des orientations stratégiques pour valoriser un environnement aussi déstabilisant que riche de promesses.

Disponible sur :

amazon    ibooks   fnac


Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo