Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management (involontaire) de Jeff Bezos

Un ingénieur de Google – ancien d’Amazon – vient de mettre en ligne sur son compte Google+ un article très révélateur sur Jeff Bezos où l’on découvre certaines tactiques de survie pour traiter avec des dirigeants d’entreprise trop intelligents et trop impatients.

Steve Yegge est la même personne qui, il y a quelques jours, avait rendu public par erreur un article critiquant vertement le réseaux social de sa propre entreprise ce qui, de manière intéressante, ne lui avait causé aucun problème – un révélateur de la tolérance interne à Google et/ou de la maîtrise que le groupe de Mountain View a de son image. Mais ce n’est pas là l’aspect qui m’intéresse aujourd’hui.

Revenons donc à Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon. Yegge explique que tous ceux qui présentent un business plan, un produit ou une idée à Jeff Bezos en ressortent éreintés émotionnellement et intellectuellement. Incidemment, ces présentations se font sans slides, Bezos ayant banni depuis toujours l’utilisation de PowerPoint au sein de son entreprise.

Lorsque le tour de Steve Yegge vint de présenter devant Jeff Bezos, ses collègues lui donnèrent des dizaines de conseils et le traitèrent comme un futur grand brûlé. Heureusement pour lui, Steve avait observé Bezos durant plusieurs années et avait préparé une présentation adaptée aux caractéristiques de son patron. Ce fut un succès, ce qui étonna jusqu’aux grands patrons d’Amazon qui n’avaient jamais vu une telle présentation aussi bien se dérouler.

(CC) Rex Bennett

Yegge avait tiré deux conclusions des nombreuses présentations qu’il avait vu Bezos écouter : (i) quel que soit le domaine, Bezos sait tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet qui lui est présenté et (ii) il est si intelligent qu’il a toujours une idée géniale à laquelle le présentateur n’a pas pensé. Jeff Bezos est, selon les termes de Yegge, un extra-terrestre hyper-intelligent avec un faible intérêt pour les sujets humains.

Yegge se prépara donc en apprenant absolument TOUT ce qui pouvait être connu sur le sujet dont il allait parler à Bezos. Il écrivit ensuite sa présentation comme un devoir rédigé pour un expert mondial – dans un style direct, sans explications superflues et le plus synthétique possible. Tout savoir sur le sujet de sa présentation ne suffit cependant pas. Chaque jour, Bezos a des idées que les experts de niveau mondial qui l’entourent n’avaient pas envisagé dans leur domaine d’expertise.

Jeff Bezos est si intelligent que la seule manière de survivre à une présentation face à lui est d’éviter qu’il ne s’ennuie et ne s’en prenne à vous. C’est pourquoi il faut éliminer des présentations tout ce qui n’est absolument pas indispensable – il aura compris tout le reste par lui-même. Comme le relève Yegge, “il ne faut pas que la lenteur de votre cerveau empêche le cerveau de Bezos de fonctionner à son effarante rapidité”.

Pour se préparer à lui présenter, Yegge avait essayé d’imaginer durant des semaines tout ce que Bezos pourrait lui répliquer. Il avait interrogé des dizaines de personnes pour conforter sa connaissance de son sujet. Et, naturellement, Bezos le prit par surprise en évoquant une idée que personne n’avait eue. Lorsque cela arriva, Yegge éclata de rire, ce qui gela la cohorte des directeurs qui assistaient à la présentation. Yegge rit parce qu’il était en admiration devant le fait que, malgré toute sa préparation, Bezos avait réussi à exprimer une nouvelle remarque géniale. Yegge admit son erreur et reconnut avec candeur qu’il était idiot de ne pas y avoir pensé. Bezos rit à son tour et la présentation put se poursuivre. Au lieu d’être terrorisé comme tous ceux qui présentent devant Bezos, Yegge avait été naturel : Jeff Bezos n’était pas habitué à une telle attitude rafraîchissante.

L’anecdote racontée par Steve Yegge confirme ma propre expérience avec de grands patrons – sauf que je n’ai pas toujours eu autant de succès que lui dans mes présentations :-). J’ai d’ailleurs plusieurs fois souligné sur ce blog que l’un des intérêts majeurs du métier de communicant est qu’il donne l’opportunité de se confronter à des intelligences supérieures à la sienne et c’est un challenge passionnant. J’ai aussi noté que la meilleure manière de désarçonner un PDG est de le traiter normalement, sans crainte et sans déférence. C’est si inhabituel pour eux que cela fait souvent tomber leurs défenses surnaturelles.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo