Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Jeff Bezos n’est pas le seul à investir dans l’avenir de la presse écrite

Le principal concurrent du journal qu’il a acquis innove également.

Ainsi que le relate le site Entrepreneur.com, The New York Times va investir dans des start-ups de médias à travers son incubateur, timeSpace. Celui-ci finance trois start-ups – sélectionnées parmi 500 candidates – et leur permet de collaborer depuis quatre mois avec les équipes du journal pour nourrir la réflexion présidant au développement de leurs produits respectifs.

Alors que, initialement (la création de timeSpace fut annoncée en janvier 2013), il n’était pas prévu que le quotidien prenne des participations au sein du capital des start-ups aidées par son incubateur, il vient de rendre public un changement d’approche à cet égard. Chacune des trois start-ups qui travaillent aujourd’hui au sein de timeSpace recevront le même investissement de la part du New York Times et les prochaines start-ups qui rejoindront le programme bénéficieront d’une prise de participation dès l’origine.

Le Siège du New York Times à Manhattan - (CC) Christophe Lachnitt

Le Siège du New York Times à Manhattan – (CC) Christophe Lachnitt

A quel type de projets s’intéresse donc le plus grand quotidien du monde ?

Delve est un service de suivi de l’actualité destiné aux entreprises qui fonctionne comme un réseau social interne réservé aux collaborateurs. Delve leur fournit des recommandations sur les articles qu’ils devraient lire en fonction de leur secteur d’activités et leur offre la possibilité d’échanger sur leurs lectures comme sur un réseau social.

OpBandit a pour objectif d’aider les médias à être plus pertinents vis-à-vis de leurs audiences. Dans cette optique, la start-up leur prodigue des analyses de données relatives à l’engagement de leurs publics en fonction des contenus qu’ils mettent en ligne. Cette approche permettra aux médias de concevoir des pages d’accueil différentes en fonction des internautes qui les visitent.

Mahaya, enfin, développe Seen, un service de curation (sélection et mise en ligne de contenus existants) visant à créer un média à partir des articles visibles de manière trop éphémère sur les réseaux sociaux. Seen suit les grands événements de l’actualité et recherche sur les réseaux sociaux les meilleurs articles qui leur sont dédiés. Il les présente ensuite sur son site où ils sont classés par événement et actualisés en permanence.

Ce n’est pas la première fois qu’un journal crée un incubateur – j’avais notamment évoqué sur Superception le cas de Philadelphia Media Network (PMN), le propriétaire du Philadelphia Enquirer et du Philadelphia Daily News (lire ici)Ce n’est d’ailleurs même pas la première fois que The New York Times investit dans des start-ups.

Mais, jusqu’à présent, le quotidien new-yorkais agissait en tant qu’investisseur classique. Avec timeSpace, la nouveauté est qu’il intervient dès l’origine des projets et devient un partenaire et un investisseur stratégique pour les start-ups dont il accompagne le développement.

Il va désormais pouvoir mettre ses moyens financiers et, surtout, l’expérience de ses équipes au service des projets qu’il sélectionne. The New York Times démontre ainsi qu’il demeure le grand quotidien le plus innovant de la planète.

Cela ne devrait cependant pas effrayer Jeff Bezos.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo