Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Facebook Messenger devient une plate-forme intégrée de services

Facebook est à la Une de l’actualité cette semaine avec sa conférence pour développeurs F8. Je vais y consacrer deux articles aujourd’hui et demain.

Dans le panorama stratégique que je consacrais il y a trois mois aux applications de messagerie, j’expliquais :

Le nombre de membres cumulé des quatre principales applications de messagerie (Facebook Messenger, LINE, WeChat et WhatsApp) augmente beaucoup plus vite, depuis deux ans, que celui des quatre principaux réseaux sociaux (Facebook, Instagram, LinkedIn et Twitter). Celles-là devraient posséder une communauté plus importante que ceux-ci dès cette année. (…)

Chaque jour, les membres de WhatsApp envoient plus de 30 milliards de messages, un volume largement supérieur à celui de tous les SMS échangés à travers le monde. (…)

Facebook est menacé par la révolution qui sous-tend aujourd’hui le développement des applications de messagerie : leur transformation en plates-formes de services intégrées. Cette mutation trouve son origine en Asie où le domaine de la messagerie est beaucoup plus avancé que dans le reste du monde, y compris aux Etats-Unis.

Si Facebook incarne le système de communication privilégié de l’ère Internet fixe, les plates-formes de messagerie seront au cœur de celle du mobile. Elles exploitent les capacités offertes par les smartphones pour proposer une large gamme de services (communication, jeux, commerce électronique…), et ce sur la seule plate-forme initialement dédiée à la messagerie.

Celle-ci bénéficie d’un atout majeur sur toutes les autres solutions : la constance du canal de communication qu’elle constitue, ce qui est différent d’une communication en temps réel. C’est une révolution, y compris par rapport aux réseaux sociaux.

A cet égard, l’une des interrogations les plus importantes pour Facebook a trait à l’avenir de son application Messenger : celle-ci sera-t-elle métamorphosée en plate-forme intégrée de services ?

Mark Zuckerberg lors de la Conférence F8 cette semaine - (CC) Maurizio Pesce

Mark Zuckerberg lors de la Conférence F8 cette semaine – (CC) Maurizio Pesce

Nous détenons désormais la réponse à cette question : Mark Zuckerberg a annoncé cette semaine la transformation de la messagerie de Facebook, Messenger, en plate-forme intégrée de services.

Messenger Platform s’ouvre aux développeurs et producteurs de contenus, lesquels seront sans aucun doute attirés par ses 600 millions d’utilisateurs. Les applications et fonctionnalités que les développeurs et producteurs de contenus créeront au sein de Messenger permettront en retour à Facebook de conserver un plus grand nombre d’internautes sur sa plate-forme et d’y monétiser leur engagement en ayant notamment accès à un volume de données personnelles encore plus important. Une quarantaine d’applications tierces (dont ESPN, Giphy, Imgur et The Weather Channel) sont déjà disponibles sur Messenger.

Autre nouveauté, Messenger for Business comprend notamment des applications de commerce électronique (Everlane, Zulily…). Messenger for Business vise à remplacer l’email afin de favoriser des échanges en temps réel* entre les entreprises/magasins et leurs clients. Ces chats pourraient prendre le pas sur les interactions par email et les services de contact téléphonique qui sont trop souvent encombrés lorsqu’ils sont gérés par des êtres humains ou inefficaces lorsqu’ils sont automatisés.

Mercredi, lors de F8, Zuckerberg a déclaré

Facebook était une seule application qui faisait beaucoup de choses. Désormais c’est une famille d’applications“.

C’est une expression nouvelle de l’ambition ancienne du groupe de Mark Zuckerberg de se développer au-delà de sa mission initiale – il y a juste un an, Facebook lançait Home, une tentative pour prendre le contrôle, avec une solution logicielle (et non une application), de l’écran d’accueil des smartphones. C’est aussi une confirmation du fait que la stratégie de Facebook peut être apparentée dans le numérique à celle de Disney dans les médias : agréger les meilleurs acteurs du secteur.

Cette approche donne une nouvelle acuité à la question que je posais au début de cette année :

Apple et Google, les deux leaders des plates-formes mobiles, sont confrontés à un enjeu stratégique : comment aborder la menace constituée à terme par ces services de messagerie qui vont constituer une couche potentiellement autonome au-dessus du système d’exploitation ?

Portée à son paroxysme en effet, la généralisation des services de messagerie pourrait rendre les plates-formes mobiles accessoires, de même que les applications web ont diminué l’importance relative des systèmes d’exploitation fixe et navigateurs Internet“.

En effet, plus grand sera le nombre de services accessibles directement au sein de Facebook (et de sa famille d’applications), plus attrayante cette plate-forme sera pour les développeurs face à Android (Google) et iOS (Apple)** et plus engageante elle sera pour les internautes. A cet égard, comme les services de messagerie asiatiques l’ont également compris, les fonctionnalités de commerce életronique sont particulièrement fidélisantes.

L’ambition de Facebook de contrôler les usages mobiles des internautes affirmée avec Home prend donc ici une nouvelle forme qui sera certainement beaucoup plus efficace.

* Voir ce que j’écrivais plus haut sur la spécificité des communications en temps réel permises par les services de messagerie.

** Aujourd’hui, Facebook compte 1,4 milliard d’utilisateurs contre 1 milliard pour Android et 800 millions pour iOS.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo