Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Dans le scandale News of the World, la voix de la sagesse vient du créateur de Hustler

Larry Flynt, l’un des empereurs du porno américain, a publié une tribune très pertinente dans The Washington Post pour critiquer les pratiques du groupe de Rupert Murdoch qui sont au centre du scandale News of the World.

Outre son activité dans la presse et le divertissement à caractère érotique, Larry Flynt s’est illustré comme un ardent défenseur de la liberté d’expression, menant plusieurs combats légaux qui sont entrés dans l’histoire juridique américaine. Une tentative d’assassinat en 1978 à l’occasion de l’un de ces procès l’a d’ailleurs laissé paralysé. Il a également lutté contre ce qu’il considérait être l’hypocrisie sexuelle des Républicains au moment de l’affaire Clinton/Lewinsky, offrant un million de dollars à toute personne qui pourrait prouver l’infidélité conjugale d’un dirigeant républicain. Il provoqua ainsi la démission du futur Président de la Chambre des Représentants, Bob Livingston, qui avait voté la destitution de Clinton alors qu’il avait lui-même une liaison extraconjugale (secrète jusqu’à ce qu’elle soit révélée par Larry Flynt). Pour toutes ces raisons et malgré la nature de son business, Larry Flynt est une voix écoutée outre-Atlantique en matière de presse et de liberté d’expression, comme l’indique le fait que le respecté Washington Post lui ouvre ses colonnes.

Larry Flynt – (CC) Glenn Francis

La tribune de Flynt dans le quotidien de Washington est naturellement en partie un plaidoyer pro domo lorsqu’il oppose ses propres pratiques à celles de Murdoch.

Mais, après avoir également attaqué Google et Facebook pour leur manque de respect de la vie privée de leurs utilisateurs, il me semble faire valoir un point intéressant :

La liberté de la presse et le respect de la vie privée ne doivent pas se combattre mutuellement. Les citoyens ont confié aux journalistes et aux dirigeants des groupes de presse la responsabilité de leur fournir des informations. En tant qu’éditeurs, nous devons trouver la ligne jaune, la repousser mais refuser de la traverser – ne jamais trahir nos lecteurs et ne jamais publier ce que nous ne pouvons pas vérifier.

Si les accusations contre Murdoch sont vraies, il n’a pas seulement franchi la ligne jaune, il l’a effacée. Ce faisant, il a mis tous ceux qui apprécient la liberté de la presse en grand danger. La condition pour qu’une presse libre puisse continuer à jouer un rôle moteur dans la préservation de la démocratie est que nos lecteurs nous fassent confiance pour leur fournir des informations acquises honnêtement. Si Murdoch refuse de prendre au sérieux ses responsabilités d’éditeur, il ne menace donc pas seulement le droit au respect de la vie privée des Américains mais aussi nos libertés fondamentales.

Après le scandale du Watergate, une nouvelle génération de journalistes luttant pour un journalisme honnête était née. Aujourd’hui, les activités de Murdoch nous envoient dans la direction opposée. Ses machinations présumées vont-elles dégrader encore plus le peu de confiance que les gens ont dans leurs journaux ? La presse écrite souffre déjà économiquement et toute détérioration supplémentaire conduira les journaux et magazines à leur perte.

Les membres de la presse doivent trouver le juste équilibre entre l’exploitation maximale de la liberté de la presse et le respect de leurs responsabilités à l’égard du public. Murdoch semble en avoir été incapable. Espérons qu’ils ne nous entraînera pas tous dans sa chute“.

Tout est dit.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo