Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les dirigeants choisis au hasard obtiennent de meilleurs résultats

C’est ce que montre une étude de 1998 remise au goût du jour par un professeur en management de Stanford.

L’étude en question fut dirigée par S. Alexander Haslam et est utilisée cette année par Robert Sutton dans son cours de leadership à Stanford.

Elle est fondée sur un exercice de survie au cours duquel un groupe d’individus doit imaginer qu’il a survécu à une catastrophe (crash d’avion, panne automobile dans le désert…) et doit classer par ordre d’importance la dizaine d’éléments (e.g. boussole, carte, briquet…) qui l’aiderait à s’en sortir. La performance du groupe est ensuite évaluée en comparant la liste qu’il a définie à celle mise au point par des experts de ce type de situations.

Les chercheurs comparèrent les performances de quatre groupes dont le leadership différait :

  1. Leader sélectionné selon un processus formel (auto-évaluation par les membres du groupe).
  2. Leader sélectionné selon un processus informel (discussion ouverte des membres du groupe).
  3. Leader sélectionné au hasard.
  4. Pas de leader.

Chaque fois que cet exercice fut réalisé, la conclusion fut la même : le meilleur des quatre groupes était celui qui avait vu son leader choisi au hasard. Plus étonnant encore, la performance de ce groupe était significativement meilleure que celle des trois autres groupes dont les résultats étaient sensiblement équivalents.

(CC) Christophe Lachnitt

L’explication des chercheurs en sciences sociales est que l’exercice qui était au centre de cette étude requiert une forte coopération et la participation de tous les membres du groupe. A cet égard, le seul fait de sélectionner un membre du groupe comme leader – et, ce faisant, de le distinguer comme meilleur que ses pairs – est nuisible à la cohésion du groupe. Lorsqu’un leader est sélectionné, les autres membres du groupe peuvent se dire : “s’il est si bon que cela, il pourra résoudre le problème sans notre aide”.

Cette étude, à laquelle il ne faut certes pas accorder plus de valeur qu’elle n’en mérite, est provocante et donc intéressante.

Ressentez-vous la même dynamique au sein de vos entreprises lorsqu’un nouveau leader ou manager est nommé ?

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo