Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Pas d’accord avec Bill Gates sur le rôle joué par Internet en matière de perception politique

Le fondateur de Microsoft s’est exprimé hier devant les étudiants de l’école d’informatique Paul Allen de l’Université de Washington (Seattle). Il en a profité pour donner son avis sur le rôle joué par Internet dans la formation des perceptions politiques des citoyens. Je me rends bien compte de l’énormité de ce que je m’apprête à écrire : je ne partage pas son avis à ce sujet.

La question qui lui était posée concernait la polarisation croissante de l’espace politique américain dont j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de parler sur Superception (voir ici et ici notamment).

Bill Gates apporta en substance la réponse suivante : “Les gens se demandent d’où vient cette polarisation, si elle résulte du fait que nous pouvons aujourd’hui n’écouter à la télévision et la radio que des personnalités avec lesquelles nous sommes d’accord. Internet, au contraire, offre le moyen d’approfondir les sujets. La complexité des enjeux – la loi sur l’assurance maladie portée par le Président Obama, par exemple, est un document de 2 300 pages que personne n’a lu – fait que les médias parlent des personnalités plutôt que des problématiques du pays. A contrario, Internet nous donne l’opportunité d’en apprendre plus sur le fond des sujets”.

(CC) jurvetson

Je suis d’accord avec la première partie de l’analyse de Bill Gates qui correspond exactement à ce que j’écrivais il y a quelques mois : chaque citoyen peut désormais s’informer exclusivement via des médias relayant fidèlement ses idées sans jamais être exposé à des pensées différentes.

Mais, là où je n’adhère plus au raisonnement de Bill Gates est lorsqu’il distingue le web des autres médias dans ce domaine. Certes, ainsi qu’il le dit, Internet nous permet de trouver des contenus riches sur toutes les thématiques liées à l’actualité et ainsi d’approfondir notre réflexion. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’Internet soit le remède à la polarisation politique ambiante.

En effet, l’économie du web – qui permet de produire et diffuser des contenus à coût presque nul – a pour conséquence un émiettement illimité des sources d’information. On assiste donc à une communautarisation de la pensée sur Internet où chaque camp et chaque clan au sein de chaque camp s’informent et échangent en circuit fermé. Les chaînes de télévision et les radios, qui doivent cibler un public plus large car leurs coûts d’exploitation sont supérieurs à ceux d’Internet, ne sont pas encore aussi polarisés. Certaines émissions peuvent l’être mais pas des chaînes entières. Même sur Fox News – la chaîne conservatrice du groupe de Rupert Murdoch -, on est exposé à davantage d’opinions divergentes que sur des sites Internet tels que www.rightbias.com.

Internet offre certes un potentiel d’information et de diversité d’opinions sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Mais il donne également les moyens de se soustraire complètement à ce puits de connaissance pour rester dans une bulle complètement étanche.

Un commentaire sur “Pas d’accord avec Bill Gates sur le rôle joué par Internet en matière de perception politique”

› Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo