Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Une vie sans histoires ? Jamais !

Certains rêvent d’une vie sans histoires. Ils ont bien tort.

Un article sur le site de Jury Expert relevé par Neuroscience Marketing explore l’impact de la narration d’histoires dans la capacité à convaincre des jurys de cour d’assises.

Il faut dire que le rôle des avocats et procureurs en matière de management des perceptions est particulièrement ardu : ils sont en permanence confrontés aux arguments portés par leurs contradicteurs. C’est précisément la raison pour laquelle la relation d’histoires est aussi efficace dans ce contexte : elle permet de persuader son public en saisissant son attention sur la durée et en le rendant moins perméable aux raisonnements de la partie adverse.

Des chercheurs en psychologie sociale ont analysé les effets respectifs sur des jurés d’une plaidoirie rationnelle et d’une plaidoirie fondée sur une histoire. Ils en ont conclu que les histoires sont plus efficaces pour faire évoluer des convictions émotionnelles – celles dont sont souvent animés lesdits jurés – que les arguments logiques.

(CC) Joe Gratz

Il ressort de ces travaux menés dans les cours d’assises que la capacité de persuasion d’une histoire dépend de six facteurs :

  1. La qualité du narrateur (ton, variations de rythme…).
  2. La description très vivante de situations qui permet au public de se plonger mentalement dans la scène relatée.
  3. Le réalisme et la capacité à raconter une histoire à laquelle le public peut s’identifier humainement même si elle est très éloignée d’eux.
  4. La structure de l’histoire qui doit couler de manière logique et qui gagne à avoir un élément de suspense.
  5. Le contexte dans laquelle l’histoire est racontée qui ne doit pas perturber la connexion du narrateur avec son public.
  6. La composition du public au sein duquel chaque personne a une faculté inégale à imaginer et visualiser les scènes que le conteur relate.

Il est établi que nous prenons nos décisions pour des raisons émotionnelles. C’est pourquoi la capacité à raconter des histoires est si efficace en matière de persuasion.

Alors racontez-vous des histoires si cela vous chante. Mais, surtout, racontez-en nous.

2 commentaires sur “Une vie sans histoires ? Jamais !”

› Ajouter un commentaire

Il existe une autre fonction sociale qui nécessite une capacité à raconter des histoires, celle de père ou de mère. Les enfants font fi de la vraisemblance mais sont impitoyables sur la cohérence. Le petit chaperon rouge peut sortir du ventre du loup mais ne peut pas changer sa tenue pour un justaucorps vert !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo