Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Manager = pédagogue

Une étude met au jour le talent le plus important des managers.

Trois chercheurs des universités de Stanford et d’Utah ont publié une étude sur le site de l’Association américaine de recherche en économie, étude dont The Atlantic s’est récemment fait l’écho.

Ces chercheurs ont étudié le rôle des managers à partir de données générées entre 2006 et 2010 par 23 878 collaborateurs et 1 940 managers d’une grande entreprise de services – dont l’identité ne nous est pas révélée. Les collaborateurs exécutaient une tâche répétitive – dont la réalisation était mesurée par un ordinateur – et changeaient de manager tous les quatre mois environ.

Certes, l’activité des collaborateurs était fordiste, bien qu’effectuée dans une entreprise de services, mais c’était la condition sine qua non pour que l’impact des managers puisse être quantifié objectivement.

(CC) ucumari

L’analyse des données montra que certains managers permettaient à leurs équipes successives de générer une meilleure productivité. La contribution des meilleurs managers équivalait même à l’embauche d’un collaborateur supplémentaire au sein d’une équipe de neuf personnes. L’impact des managers en termes de productivité est donc réel et c’est une bonne nouvelle pour tous les encadrants de la planète.

La question essentielle, naturellement, est de comprendre ce que les meilleurs managers faisaient différemment des autres. Et c’est là que cette étude devient réellement passionnante.

Les chercheurs considérèrent deux hypothèses : les meilleurs managers étaient soit des motivateurs qui amenaient leurs collaborateurs à se dépasser, soit des coaches qui enseignaient à leurs collaborateurs de nouveaux savoir-faire et/ou de nouvelles méthodes. Leur analyse démontra que deux tiers des gains de productivité générés par les meilleurs managers étaient dus à leur talent de pédagogue.

La question qui se pose à tous les managers est donc très simple* : consacrons-nous suffisamment de temps à la pédagogie ?

 

* En admettant que les conclusions d’une étude réalisée dans un environnement de travail fordiste s’appliquent à d’autres environnements de travail. Mais, quoi qu’il en soit, cette question reste pertinente.

3 commentaires sur “Manager = pédagogue”

› Ajouter un commentaire

La pedagogie implique deux choses, la première, que le manager dispose de compétences avancées dans le domaine d’activité (même technique ou executif) de chacun de ses subordonnés, la seconde, qu’il dispose d’une réelle envie de le partager. de nos jour, nous avons scindé formation et activité. Il y a un temps pour l’apprentissage et un autre pour la production. L’un est l’autre ne sont que rarement liés sauf peut être dans l’artisanat (mais est-il question de management dans l’artisanat ?). Le développement de la formation en alternance n’est que la preuve d’un retour aux fondamentaux : l’un et l’autre sont les deux faces d’une même pièce. Mais ce système est-il vraiment applicable à tous les domaines d’activité ?
De par sa racine même le terme de pédagogie implique une vision paternaliste (“guider l’enfant” en grec), certes se rapprochant du système fordiste mais pour les autres, est-ce viable ?

Elodie,
Merci pour ton commentaire passionné. Tu connais mon engagement pour l’alternance. Nous sommes donc pleinement en phase à ce sujet et j’adhère donc pleinement à ton commentaire.
Cependant, les recherches que je relate dans mon article ne concernent pas l’alternance mais ce que l’on pourrait appeler « la pédagogie instantanée », c’est-à-dire le partage – au quotidien et de manière informelle – de savoir-faire et de méthodes par le manager avec les membres de son équipe.
C’est une pratique managériale qui, je crois, ne passe pas forcément par du paternalisme et change significativement la relation entre le manager et son collaborateur. D’un donneur d’ordres, le manager devient un pourvoyeur de conseils, ce qui est le fondement d’un échange beaucoup plus riche. En effet, comme je le répète souvent, celui qui enseigne et celui qui apprend s’enrichissent tous les deux dans leur dialogue.
Merci encore.
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo