Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La NRA se tire une balle dans le pied

Suite au drame de Newtown, la National Rifle Association (NRA), qui promeut la liberté d’acquisition et d’utilisation de toutes les armes à feu aux États-Unis, a tenu une conférence de presse qui restera dans les annales.

Une semaine après la tuerie de Newtown (Connecticut), au cours de laquelle vingt enfants âgés de 5 à 7 ans ont été tués au fusil mitrailleur, le vice-président de la NRA, Wayne LaPierre, a donné hier le point de vue officiel de son organisation.

Comme dans le cas d’Instagram que j’analysais hier, bien que pour des raisons très différentes, la NRA a d’abord commis une erreur de timing. En laissant passer une semaine, elle a en effet fait naître l’espoir chez beaucoup, au premier rang desquels les commentateurs, que ce répit était nécessaire pour que l’association amendât sa position jusqu’au-boutiste sur les armes à feu. La déception n’en fut donc que plus grande lorsqu’elle communiqua une position affligeante d’idéologie déshumanisée (voir la vidéo ci-dessous et lire ce verbatim).

Au cours de sa brillante prestation, LaPierre pointa du doigt nombre de responsables du drame de Newtown – au premier rang desquels les médias, les jeux vidéo, les films, les vidéo clips, le Président Obama, les écoles sans armes à feu et l’aide américaine à l’étranger – sans jamais mettre en cause la libre circulation des armes de guerre aux Etats-Unis prônée par son organisation.

Mais il ne s’arrêta pas là : il proposa, pour résoudre le problème posé par le carnage perpétré dans une école de Newtown, qu’un policier armé soit désormais posté devant chaque école des Etats-Unis. Cette proposition est d’une stupidité abyssale pour deux raisons :

  • selon les chiffres que j’ai trouvés sur Internet, les Etats-Unis comptent quelque 90 000 écoles primaires telles que celle de Newtown. Poster un policier armé – rémunéré 60 000 dollars par an y compris les charges – devant chacune d’elle coûterait donc 5,4 milliards de dollars aux contribuables américains. Incidemment, il y avait un policier armé à Columbine – un lycée du Colorado où 12 étudiants et un professeur furent tués en 1999 – et il ne put pas empêcher la tuerie ;
  • en outre, si on applique cette logique, pourquoi faudrait-il poster un policier armé uniquement devant les écoles primaires et pas devant tous les autres lieux publics ?

Dans un surprenant élan de lucidité, LaPierre refusa de prendre les questions des journalistes lors de cette conférence de presse. Il était en effet conscient du caractère indéfendable de sa position. Il aurait donc mieux fait de publier un communiqué de presse plutôt que de fournir aux chaînes de télévision et sites Internet des images aussi détestables et fortes émotionnellement à repasser en boucle, détruisant un peu plus à chaque diffusion le crédit de son association. La conférence de presse n’était pas le bon vecteur pour son message.

La NRA compte quatre millions de membres et la culture des armes à feu, incompréhensible de ce côté-ci de l’Atlantique, est profondément ancrée dans la psychés américaine. L’association un temps présidée par Charlton Heston n’est donc pas à la veille de péricliter. Mais il est possible que Newtown représente un tournant pour elle et plus largement pour l’Amérique.

Mon tweet préféré, rédigé par l’entrepreneur Mark Cuban, sur la conférence de la NRA.

Nous aurons un indice supplémentaire à cet égard demain. Le président de la NRA sera en effet l’invité de “Meet The Press“, l’émission politique américaine de référence sur NBC. On verra à cette occasion si la NRA sort de sa langue de bois cynique et a pris la mesure de l’énorme erreur psychologique qu’elle a commise hier en se méprenant totalement sur l’état de la Société américaine après la tragédie de Newtown. Cette erreur démontre une nouvelle fois que, en communication de crise, la meilleure défense est rarement l’attaque.

Wayne LaPierre aurait dû tenir un discours de respect envers les victimes et leurs familles, de refus d’autres drames suscités par les armes à feu et de responsabilité sur le débat politique à ce sujet. En tirant tous azimuts, la NRA a donné des munitions à ses adversaires, au premier rang desquels Barack Obama (auquel ce drame semble avoir enfin donné du courage concernant la régulation des armes à feu), pour la mettre en difficulté.

Ce n’était certainement pas son objectif lorsqu’il s’avança vers son pupitre.

 

DERNIERE MINUTE (23 DECEMBRE 2012)

Deux nouvelles accréditent aujourd’hui mon hypothèse d’un tournant pour la NRA et l’Amérique dans la régulation des armes à feu :

  • les deux tabloïds new-yorkais – The New York Post et The Daily News – ont violemment fustigé Wayne LaPierre en Une. Or ces deux journaux sont d’obédience conservatrice. Leur attitude démontre à mon sens autant leur propre évolution que leur compréhension de la mutation de leur lectorat ;
  • suite à la conférence de presse de LaPierre, l’ancien Président George H.W. Bush (père) a démissionné de la NRA dont il a été membre toute sa vie adulte.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo