Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La gaffe de l’épouse de Jeff Bezos

Elle a commis une quintuple erreur de communication aussi inutile qu’évitable.

Comme l’a relevé The New York Times, MacKenzie Bezos, romancière et épouse de Jeff, a publié sur Amazon une critique au vitriol de “The Everything Store“, l’ouvrage que Brad Stone consacre à la création et à la croissance irrésistible d’Amazon. Il se trouve que je suis en train de lire ce livre qui vient juste d’être publié et dont je rendrai compte prochainement sur Superception.

The Everything Store

Ce faisant, Madame Bezos commet une quintuple erreur de communication :

  • elle donne un écho inutile à l’ouvrage qu’elle abhorre ;
  • elle ne met en exergue que les aspects du livre qui sont négatifs à l’égard de son époux alors que l’ouvrage détaille également ses exceptionnelles qualités ;
  • elle fait monter la pression sur Jeff Bezos pour qu’il apporte à son tour un commentaire sur ce livre, ce qu’il n’a pourtant aucun intérêt à faire car tout propos de sa part constituera la meilleure publicité gratuite pour le récit de Brad Stone ;
  • elle conforte une image négative de Jeff Bezos véhiculée par maints témoignages rapportés dans “The Everything Store” : son incapacité à accepter des opinions contraires à la sienne ;
  • elle écorne l’image de Jeff Bezos comme patron de presse. A cet égard, je me demande quelle a été la réaction des journalistes du Washington Post à la lecture de la critique d’un excellent travail journalistique par l’épouse de leur nouvel actionnaire.

Cette quintuple erreur est d’autant plus inepte que Brad Stone est tout sauf un margoulin du journalisme comme le montre d’ailleurs sa subtile réponse à MacKenzie Bezos. C’est un professionnel unanimement reconnu et respecté dont le livre a reçu une kyrielle de critiques très positives. Il ne constitue donc pas la meilleure cible pour l’ire des Bezos.

Le plus étonnant est que rien n’obligeait Madame Bezos à s’exprimer. Cette erreur de communication relève de ce que l’on appelle en tennis une faute non provoquée. Or, en tennis comme en communication, ce sont les erreurs les plus impardonnables. Cette gaffe démontre en tout cas que, même au niveau d’intelligence, de pouvoir et de fortune des Bezos, on peut encore avoir du mal à gérer ses émotions.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo