Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’ennemi numéro 1 du marketeur

L’impressionnant déclin de notre capacité d’attention.

Dans son nouveau livre “Brief: Making a Bigger Impact by Saying Less” (signalé par le site web de NBC News), Joseph McCormack communique des données étonnantes – et inquiétantes pour tous les marketeurs – sur l’étiolement de notre capacité d’attention.

Celle-ci a diminué d’un tiers en treize ans.

(CC) Joseph McCormack

(CC) Joseph McCormack, NBC

Joseph McCormack relève que, en moyenne, nous recevons 304 emails professionnels chaque semaine – auxquels nous dédions 28 heures – et regardons notre smartphone 150 fois par jour. Et c’est sans compter tous les messages et informations auxquels nous sommes exposés par ailleurs.

Or, pour convaincre ses publics cible d’agir, le marketeur doit d’abord capter leur attention. Cette tâche s’avère de plus en plus difficile dans le contexte décrit par McCormack.

La solution que ce dernier propose dans son ouvrage – la brièveté – ne me semble pas devoir constituer l’alpha et l’omega du marketeur moderne. Le ciblage et la créativité sont beaucoup plus appropriés à l’univers médiatique dans lequel nous évoluons.

Etre bref n’a jamais fait sortir quiconque du lot. Si votre message n’est ni en phase avec les préoccupations de vos audiences ni original, la brièveté ne suffira certainement pas à vous rendre intéressant à leurs yeux.

A l’ère de la surinformation, la différence ne se fait pas sur la durée mais sur l’intérêt.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo