Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Jennifer Lawrence a le droit d’être nue

De la popularité au totalitarisme, il n’y a qu’un pas.

Des dizaines de photos volées de plusieurs actrices américaines circulent sur le web après être d’abord apparues sur le forum de discussion 4chan. Cette affaire a pris d’autant plus d’ampleur qu’elle concerne notamment Jennifer Lawrence, détentrice d’un Oscar de la meilleure actrice (pour “Silver Linings Playbook” ou “Happiness Therapy” en version française) et aujourd’hui considérée comme la comédienne la plus cotée outre-Atlantique.

Ces photos ont été volées par un pirate informatique sur plusieurs comptes iCloud, la solution de stockage sur le nuage d’Apple. Incidemment, ce vol représente une nouvelle illustration de la déficience de ce service qui ne parvient même pas à synchroniser les applications les plus élémentaires. Il pâtit en outre d’une faille de sécurité (la faculté d’essayer un nombre illimité de mots de passe lorsqu’on se connecte à un compte) qui pourrait être à l’origine de ce piratage et vient d’être corrigée. Les utilisateurs d’iCloud ont cependant tout intérêt à utiliser le système de double authentification proposé par Apple.

Incidemment, on peut s’étonner que la marque à la pomme, qui tire un tel profit de sa popularité parmi les célébrités, n’accorde pas davantage d’importance à leur protection numérique. De même que Twitter, par exemple, authentifie les comptes des personnalités pour leur éviter d’être contrefaites, Apple ne devrait-il pas leur proposer des solutions de sécurité adaptées aux risques qu’elles encourent dans la sphère numérique ?

Cela éviterait en tout cas à l’entreprise dirigée par Tim Cook d’être confrontée à la mauvaise publicité constituée par le tweet publié hier par Kirsten Dunst (l’une des victimes du piratage) :

@kirstendunst

Certains pourraient se dire, à l’occasion de la mise en ligne de ces photos, qu’il est surprenant qu’autant d’actrices prennent des selfies (autoportraits) nues et que les stars qui affichent leur vie privée dans les médias ne devraient pas s’offusquer de s’y retrouver davantage exposées qu’elles ne le souhaitent. Ce serait une réaction absurde.

En premier lieu, Jennifer Lawrence fait partie des rares actrices de son statut qui gèrent avec parcimonie leur présence sur les réseaux sociaux.

Ensuite et surtout, le respect de la vie privée ne s’applique pas qu’aux personnes privées. Au-delà de la distance que les vraies stars doivent entretenir avec le public (à la différence des starlettes de la télé-réalité qui, elles, choisissent l’exhibitionnisme car c’est leur seul “talent”), c’est une question de tolérance.

La popularité, en effet, n’est pas un passeport pour la tyrannie. Ce n’est pas parce que nous aimons une célébrité que nous avons tous les droits à son endroit. Ce n’est pas davantage parce qu’elle est payée des sommes importantes qu’elle doit abandonner toute identité. Car, au-delà du viol de la vie privée représenté par ce piratage, ces photos prises dans l’intimité d’actrices représentent également une négation de l’identité de ces dernières, le refus qui leur est fait d’une raison d’être autre que le divertissement de leurs fans.

Ce qui définit un régime totalitaire est sa volonté de diriger non seulement la vie publique mais aussi la vie privée de ses citoyens, leur déniant par là-même toute identité pour les mettre au service de l’Etat. Le grand public, lorsqu’il exige une transparence totale de ses stars, se comporte en monstre totalitaire.

Jennifer Lawrence a le droit d’être nue, chez elle, en toute quiétude.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo