Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

NFL : plus qu’une bavure, une faute

Son erreur de communication reflète une erreur stratégique majeure.

La ligue professionelle de football américain (NFL) est embourbée depuis quelques semaines dans une suite de scandales touchant plusieurs de ses vedettes :

Contrairement à la gestion de l’affaire Donald Sterling par Adam Silver, le directeur de la NBA, la réaction de la NFL et de son patron, Roger Goodell, ressemble à un manuel de mauvaise communication de crise : apathie, délayage, petitesse des décisions annoncées, manque d’empathie, déficit d’engagement du leader, maladresses multiples*…

Roger Goodell - (CC) SSG Teddy Wade

Roger Goodell – (CC) SSG Teddy Wade

La NFL s’est ainsi aliénée les médias, une majorité du grand public (dont le rejet de la Ligue ne se traduit cependant pas par un délaissement du sport qu’elle administre**) et certains de ses principaux sponsors (au premier rang desquels Anheuser-Busch).

Alors que sa démission est demandée de toutes parts, Roger Goodell est toujours à son poste. L’analyse de beaucoup de médias américains est que les propriétaires des équipes de la NFL, dont il dépend, ne veulent pas (à ce stade) se séparer d’un manager qui dispose à leurs yeux d’un bilan remarquable en termes de croissance économique de la Ligue***.

Ils considéreraient que les accidents d’image actuels n’entament pas ce potentiel de développement et trouveraient une confirmation à leur analyse dans le fait que les audiences télévisées des premières journées de la NFL ont été largement supérieures à celles de l’an dernier. Pourtant, la curiosité n’a jamais été gage d’adhésion.

La queue pour se faire échanger son maillot de Ray Rice fait près d’un kilomètre de long - (CC) @FOXBaltimore

La queue pour se faire échanger son maillot de Ray Rice fait près d’un kilomètre de long – (CC) @FOXBaltimore

Cette approche, si elle est confirmée, permettrait de qualifier les bavures que multiplient la NFL depuis quelques semaines dans la gestion de ses scandales de violence familiale. Il ne s’agirait pas seulement de bavures mais d’une lourde faute.

Comme toujours, en effet, la communication reflète la stratégie. En l’occurrence, la NFL commet l’erreur majeure de considérer ces affaires comme des incidents et non comme le reflet d’un problème grave requérant des décisions d’envergure. Sa boussole est économique et non éthique.

Or, de plus en plus, l’éthique influe, à travers la perception des publics, sur la performance économique. Si elle ne prend pas la mesure de l’enjeu, la NFL risque donc d’être punie par là où elle a pêché.

* La plus visible et la plus étonnante étant le retrait d’une chanson de Rihanna de la diffusion télévisée (sur CBS) des matches de la NFL car le fait qu’elle ait été elle-même victime de violences conjugales risquait d’associer au plus mauvais moment la NFL à cet enjeu dans l’esprit des téléspectateurs. Rihanna s’est logiquement indignée sur Twitter d’être ostracisée pour avoir été brutalisée :

** 187 millions d’Américains – soit 60% de la population du pays – se déclarent fans de football américain.

*** La NFL engrange 9,5 milliards de dollars de revenus par an. L’objectif de Roger Goodell est qu’elle réalise un chiffre d’affaires de 25 milliards en 2027.

 

DERNIERE MINUTE (20 SEPTEMBRE 2014)

Roger Goodell a tenu une conférence de presse de quarante-cinq minutes la nuit dernière (voir la vidéo ci-dessous). Je viens de la regarder : l’attitude et les propos du patron de la NFL ont confirmé ses problèmes de stratégie et de communication relevés dans cet article :

  • il a reconnu des erreurs mais n’a annoncé aucune décision susceptible de donner l’impression qu’il voulait vraiment les corriger ;
  • il a affirmé n’avoir jamais envisagé de démissionner, se présentant comme le seul Américain à n’avoir pas considéré ce scénario ;
  • il n’a fait preuve d’aucune émotion et d’aucune empathie, créant la perception d’un manque total de sincérité ;
  • il ne s’est pas adressé aux Américaines ;
  • il n’a répondu frontalement à presque aucune question ;
  • il a souligné qu’il était le plus exigeant de tous à son propre égard mais a contredit cette assertion par l’ensemble de son comportement durant la conférence.

2 commentaires sur “NFL : plus qu’une bavure, une faute”

› Ajouter un commentaire

Bonjour,
Rendez-vous le 2 février prochain, lendemain du superbowl, pour évaluer l’éventuel désintérêt du public pour ce sport. Mon avis est que tout cela sera vite oublié, car malheureusement les joueurs de NFL, dont certains millionnaires, ont souvent eu des comportements répréhensibles (détention d’armes, conduite en état d’ivresse…), et cela n’a pour le moment pas empêché la prospérité du championnat. La santé et l’avenir des joueurs non plus (commotions cérébrales, blessures orthopédiques, augmentation du risque d’Halzeimer…).

Cher Riphiphy,

Le Super Bowl du 2 février ne sera pas le meilleur juge de paix car (i) c’est un événement exceptionnel aux Etats-Unis qui dépasse les seules bornes de l’intérêt des Américains pour le football ey (ii) si désintérêt il doit y avoir pour la NFL, il sera beaucoup plus long à se faire sentir.

Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo