Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les réseaux sociaux vus par les ados

Un adolescent a expliqué sur Medium la pratique que lui-même et ses amis ont des différents réseaux sociaux.

L’auteur (anonyme) est un étudiant de 19 ans de l’Université du Texas à Austin. Le groupe de personnes dont il relate les usages n’est certes pas statistiquement représentatif. Mais son récit est malgré tout très intéressant.

Ses principaux enseignements se présentent comme suit. Je les relate sous la forme d’extraits de ce très long article car les termes utilisés représentent au mieux les sentiments des jeunes concernés.

  • Facebook : “nous avons tous utilisé Facebook au lycée parce que c’était ‘cool’. Mais, aujourd’hui, cela ressemble à un dîner de famille embarassant dont on ne peut pas s’éclipser. Cela dit, c’est encore plus bizarre et ennuyeux de ne pas avoir Facebook. Nous utilisons ce réseau principalement pour sa fonctionnalité de groupes. C’est un domaine où Facebook se distingue – les groupes ne sont pas régis par les mêmes algorithmes compliqués que les ‘murs’. Il est facile de voir les nouvelles informations mises en ligne au sein d’un groupe sans devoir consulter des tonnes de messages et publicités sans intérêt. La messagerie sur Facebook est aussi extrêmement populaire parmi les jeunes de mon âge, principalement parce qu’elle permet d’échanger avec les gens que l’on ne connaissait pas assez pour leur demander leur numéro de téléphone mais avec lesquels on se sentait assez à l’aise pour entrer en contact sur Facebook. Etant donné que tout le monde est sur Facebook, si je rencontre quelqu’un dans une soirée, je ne vais pas chercher son profil sur Instagram ou Twitter mais sur Facebook“.
  • Instagram : “Instagram est de loin le réseau social le plus utilisé par les jeunes de mon âge. Notez bien les termes que j’emploie : c’est le réseau social le plus utilisé. Cela signifie que, même si plus de gens sont sur Facebook, c’est sur Instagram que nous publions. C’est toujours fascinant pour moi de voir un copain avec 1 500 amis sur Facebook obtenir 25 ‘likes’ pour une photo alors que, sur Instagram où il compte 800 abonnés, il a 253 ‘likes’. A mon avis, l’un des facteurs qui expliquent ce phénomène est que je ne suis pas terrifié, lorsque j’aime quelque chose sur Instagram, que cela apparaîtra sur le ‘mur’ de quelqu’un qui pourra en faire une copie d’écran ou y faire référence ultérieurement. Le même raisonnement vaut pour les commentaires. Les contenus photographiques sur Instagram sont généralement de meilleure qualité, donc j’ai plus tendance à y revenir. Instagram n’est pas encore envahi par la génération plus ancienne, ce qui signifie qu’il est encore ‘hip’ et ‘cool’ pour les plus jeunes. Les gens n’y publient pas 10 000 fois par jour. Ils sont beaucoup plus polis dans leur mode de publication ; ils mettent des éléments en ligne une fois par jour, plusieurs fois par semaine… Un gros volume de contenus ne m’est pas imposé à chaque fois que je me connecte à Instagram. Il n’y pas de liens sur Instagram, ce qui veut dire que je ne suis pas spammé en permanence par les mêmes publicités, les mêmes potins et les mêmes listes sensationnalistes de BuzzFeed. Sur Instagram, tout est moins commercial et plus focalisé sur les contenus, ce qui séduit davantage les jeunes. Beaucoup d’adolescents plus jeunes que moi (10-16 ans) avec lesquels j’ai parlé de ce sujet n’ont même pas de compte Facebook – Instagram répond à tous leurs besoins“.
  • Twitter : “pour être honnête, beaucoup d’entre nous ne comprennent pas la raison d’être de Twitter. Vos tweets sont faciles à trouver dans le moteur de recherche du site, ce qui est positif mais aussi négatif si vous voulez être vous-mêmes et ne pas voir une déclaration vous suivre lorsque vous essayez de trouver un emploi. C’est pourquoi ceux qui utilisent Twitter se comportent comme sur Facebook – is publient des messages dont ils savent que leur employeur pourra les voir un jour“.
(CC) Tanja Scherm

(CC) Tanja Scherm

  • Snapchat : “Snapchat devient rapidement le réseau social le plus utilisé, surtout depuis le lancement de la fonctionnalité ‘My Story’. Sur Snapchat, nous pouvons vraiment être nous-mêmes tout en étant liés à notre identité sociale. C’est un réseau plutôt intime entre amis dont je ne me soucie pas qu’ils me voient en train de m’amuser à une soirée. Il n’y a ni ‘likes’ ni commentaires au sujet desquels s’inquiéter. Snapchat induit beaucoup moins de pression sociale que tous les autres réseaux sociaux populaires. C’est qui le rend si addictif et libératoire. Par ailleurs, je ne connais que quelques personnes (moi y compris) qui croient que Snapchat supprime vraiment vos photos. Tout le monde est convaincu que Snapchat a une base de données secrète où il stocke toutes vos photos. On peut pourtant affirmer que nous sommes indifférents aux fuites de photos ou aux polémiques sur la sécurité de l’application“.
  • Tumblr : “à l’inverse de Twitter, Tumblr permet de suivre/être suivi par des gens que l’on ne connaît pas sans révéler son identité. Tumblr est comme une société secrète à laquelle tout le monde appartient mais au sujet de laquelle personne ne parle. Vous pouvez y être vous-mêmes et vous entourer (à travers les gens que vous suivez) de personnes qui partagent vos centres d’intérêt. Cela en fait un site très attractif pour beaucoup de jeunes, ne serait-ce que pour trouver de nouveaux amis“.
  • Yik Yak : “Yik Yak est un acteur plutôt nouveau mais un grand nombre de mes amis l’utilisent déjà. C’est très addictif parce que l’application se focalise uniquement sur le contenu des messages mis en ligne – il n’y a pas d’abonnés, de profil, rien. Le classement des articles se fait en fonction de leur pertinence et non de la notoriété de leur auteur. Même si Yik Yak n’a pas atteint la popularité d’autres réseaux sociaux, c’est un sérieux challenger que nous utilisons. Un point négatif, cependant, a trait au fait que l’application n’est pas utilisée lors des vacances scolaires. Comme Yik Yak fonctionne uniquement dans un rayon de 10 miles autour de vous, si vous vous trouez dans une zone avec peu d’utilisateurs, vous n’y aurez pas beaucoup recours. Il n’en va pas de même pour les autres réseaux sociaux évoqués dans cet article“.
  • Medium : “le principal atout de Medium est sa fonctionnalité de recommandation qui n’existe pas, au-delà des boutons traditionnels de partage, sur WordPress. Cela fait de Medium une vraie communauté et non un ensemble de sites individuels. Le seul challenge de Medium est de devenir connu chez les jeunes“.
  • Pinterest : “ce site est principalement dominé par les femmes et destiné aux gens qui sont artistes et/ou branchés. Peu de gens en parlent“.
  • WhatsApp : “vous le téléchargez lorsque vous allez à l’étranger, vous l’utilisez sur place avant de revenir à iMessage et Facebook Messenger et de supprimer WhatsApp. Cependant, cette application est très importante pour les étudiants internationaux“.

Ce que je trouve passionnant dans cet article est la description, au-delà des clichés, des pratiques associées à chaque réseau social et de la perception par les jeunes de leurs atouts et inconvénients.

C’est à cet égard une vraie mine d’informations pour tous les marketeurs qui ciblent cette audience.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo