Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de vie de Sugar Ray Leonard

L’Equipe a réalisé une captivante interview* (accessible avec abonnement) de celui qui demeure l’un des plus éminents boxeurs de l’Histoire.

Champion olympique puis champion du monde dans cinq catégories de poids différentes, Sugar Ray Leonard est l’une des plus grandes légendes de sa discipline pour son palmarès mais aussi pour son élégance, son charisme et sa virtuosité.

Dans cet entretien, il raconte avec une humilité admirable sa passion pour son sport et sa vision de la vie, toutes deux marquées par sa lutte contre les addictions (alcool et drogue) résultant des abus sexuels dont il fut victime à l’adolescence.

Sugar Ray Leonard - (CC) Penn State

Sugar Ray Leonard lors d’un colloque consacré aux abus sexuels commis sur des mineurs – (CC) Penn State

Il nous livre ainsi quelques leçons sur le rôle du mental dans la vie et le sport qui valent pour tout individu.

Il n’y a pas que la communication, le management et le marketing dans la vie. Il faut écouter Sugar Ray Leonard pour la sagesse qu’il nous prodigue.

Florilège :

J’avais une quinzaine d’années lorsque j’ai été victime d’abus sexuels. J’ai gardé ça en moi durant plus de quarante années. Et ça m’a presque tué. Ce n’est pas trop fort de dire que la boxe m’a sauvé la vie. La boxe m’a permis de demeurer fort, de garder l’esprit clair par rapport à ce traumatisme.

Je me sentais coupable. Et, en même temps, abusé. Après avoir vécu ces choses, j’ai commencé à me punir moi-même. De plusieurs manières différentes, avec la boxe, mais aussi en buvant ou en prenant de la drogue.

Comme combattant, que vous soyez un virtuose technique ou pas, la différence se fait là : en vouloir un tout petit peu plus que l’autre, que tous les autres. Cet esprit de challenge est ce qui m’a toujours animé et fait avancer. Etre meilleur que le gars en face.

L’esprit ! (Il point sa tempe de l’index.) L’esprit : tout est là ! Le reste, la boxe, c’est facile. L’essentiel est de comprendre le défi. Quel est l’enjeu mental de l’affrontement et quelles en sont les clés. Pour ça, il faut se poser des questions. Mais, d’abord, il y a un cap préalable à passer : accepter de se poser des questions.

Le champion n’est pas nécessairement un sportif. Le champion, c’est celui qui se relève toujours après l’épreuve.

La gloire, ce n’est pas important. Elle vient et, la minute d’après, elle s’en va. L’important, c’est le respect. Il y a plus de cœur dans le respect qu’on vous porte. Il implique du talent ou du travail. Les gens peuvent s’identifier à ça. La gloire, ce n’est rien. Je sais d’où je viens“.

* Dont le titre bêtement sensationnaliste ne reflète nullement la formidable humanité du contenu.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo