Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Le bonheur ne se décrète pas plus au travail qu’ailleurs

T-Mobile a été réprimandé par le Conseil américain des relations du travail pour avoir violé la loi en incluant dans son règlement interne une disposition selon laquelle ses collaborateurs doivent “préserver un environnement de travail positif favorisant les relations professionnelles efficaces”.

Au-delà de l’atteinte à la liberté d’expression et au droit syndical que cette prescription induit, elle pose également la question du bonheur au travail.

Dans un article du New Yorker, Alicia Grandey, une spécialiste de la psychologie managériale au sein de l’Université de Penn State (Pennsylvanie), tient à ce sujet des propos cohérents avec la position que j’ai toujours défendue sur Superception :

Un sentiment ressenti comme forcé ou contrôlé par autrui n’est pas aussi bénéfique que lorsqu’il vient de soi. Vous ne pouvez pas faire ressentir quelque chose de positif à des individus. Si elle est exigée, une émotion est factice et forcée. Vous créez un effet boomerang car vous donnez l’impression de vouloir opérer comme Big Brother“.

(CC) Ramesh NG

(CC) Ramesh NG

A mon sens, le bonheur (ou même le plaisir) au travail doit être créé, pas décrété, encouragé, pas encagé. Sa condition fondamentale, comme pour toute émotion, est l’authenticité, en l’occurrence celle du leader qui essaie de le propager au sein de son organisation : authenticité de l’objectif recherché (la performance et l’épanouissement ou, mieux, la performance par l’épanouissement) et authenticité des moyens employés pour l’atteindre.

A cet égard, la capacité d’empathie du manager est fondamentale car les êtres humains ne sont pas des robots. Leurs émotions dans le cadre professionnel dépendent largement de leur vie personnelle. Le manager qui ne s’intéresse pas à cette dimension ne peut pas comprendre certaines des réactions de ses collaborateurs.

Il ne s’agit naturellement pas de faire preuve d’intrusion dans le domaine privé mais d’être dans une posture d’écoute active, c’est-à-dire de signaler à ses collaborateurs que tout ce qui les concerne vous intéresse, pas seulement l’atteinte de leurs objectifs professionnels, et que vous êtes en permanence à leur disposition pour échanger, quel que soit le sujet concerné.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo