Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Le principal vendeur de solutions de blocage de publicités révèle sa vraie nature

La mafia a trouvé son disciple numérique.

Eyeo, la société qui a conçu Adblock Plus, l’un des systèmes de blocage de publicités numériques les plus populaires, vient de lancer une place de marché publicitaire, dénommée “la plate-forme des publicités acceptables”1, afin de censément aider les annonceurs à diffuser des publicités “acceptables”. Ces campagnes seraient visibles des internautes qui utilisent Adblock Plus. En clair, Eyeo a donc conçu un logiciel qui bloque les publicités et l’utilise désormais pour vendre des publicités.

Les médias peuvent s’inscrire sur cette place de marché et y vendre des espaces publicitaires sur leurs sites Internet respectifs. Ces espaces doivent répondre aux critères d’Eyeo en matière d’intrusion et de perturbation de l’expérience des internautes afin d’être qualifiés d’acceptables et de ne pas être bloqués par Adblock Plus.

Google, qui coopérait jusqu’à présent avec Eyeo, a annoncé qu’il ne prendrait pas part à ce programme.

(CC) Alan Preciado/Mr. Pinkeyes

(CC) Alan Preciado/Mr. Pinkeyes

Naturellement, Eyeo, qui n’est pas à une hypocrisie près, promeut ce programme comme un moyen d’aider les médias en ligne à récupérer des revenus publicitaires… qu’ils ont perdus à cause du succès de son système de blocage.

Depuis son lancement il y a un mois en phase bêta, “la plate-forme des publicités acceptables” a vu les prix des espaces publicitaires qu’elle commercialise augmenter significativement car les annonceurs sont avides de pouvoir contourner les systèmes de blocage.

Il y a deux mois, j’écrivais à propos de Eyeo :

Adblock Plus gère une ‘liste blanche’ de publicités qu’elle considère acceptables. Les utilisateurs de son système de blocage peuvent choisir de ne voir aucune publicité ou de visionner celles répertoriées sur cette liste blanche.

Or, si la majorité des diffuseurs de contenus peuvent faire enregistrer gratuitement leurs publicités sur cette liste, les plus grands médias doivent payer une commission à Adblock Plus pour ce faire. Cette véritable rançon représente 30% du chiffre d’affaires généré par leurs publicités.

Les fidèles de Superception connaissent mon opposition de principe aux systèmes de blocage des publicités qui empêchent des médias déjà en grande difficulté de rémunérer leur travail éditorial et qui s’apparente à mes yeux à du piratage.

Mais, dans l’écosystème du blocage des publicités, l’extorsion que constitue le modèle économique de la liste blanche d’Adblock Plus est la pire amoralité. Ce sont les utilisateurs de ses solutions qu’Adblock Plus devrait facturer, pas les acteurs d’une industrie qu’elle empêche de se rémunérer en exerçant sur eux un rançonnement digne de la mafia“.

Avec sa “plate-forme des publicités acceptables”, Eyeo porte son modèle mafieux à son paroxysme. Son immoralité n’a d’égale que son inventivité.

1 Développée en partenariat avec ComboTag.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo