Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les réseaux sociaux favorisent notre bien-être

Des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon (Pittsburgh, Pennsylvanie) et de Facebook ont sondé durant trois mois plus de 1 900 membres du réseau de Mark Zuckerberg habitant dans 91 pays.

Ils les ont interrogés sur leur bien-être et ont analysé leur activité sur Facebook.

Il en ressort que le bien-être des participants à cette étude augmentait lorsqu’ils recevaient en un mois 60 commentaires de plus que dans un mois normal, des personnes qu’ils apprécient, à propos des messages qu’ils mettaient en ligne sur Facebook. L’amélioration de leur bien-être était alors comparable à celle connue dans le cas de l’obtention d’un nouvel emploi ou la naissance d’un enfant. Incidemment, cet accroissement pouvait également être généré en commentant plus souvent les messages mis en ligne par leurs amis (ici aussi, le seuil fatidique s’établit à 60 commentaires supplémentaires par mois).

Une autre recherche, menée cette fois par une équipe conjointe des universités de Cornell (Ithaca, New York) et Pékin, a mis en lumière que le fait de partager des événements de sa vie sur les réseaux sociaux aide à s’en souvenir. Le gain de mémorisation est d’environ 10% entre les expériences relatées sur les réseaux sociaux et celles qui ne l’ont pas été.

(CC) Franklin Hunting

(CC) Franklin Hunting

Des chercheurs des universités de Californie (San Francisco), Claremont (Californie) et Toronto (Canada) ont, eux, montré que les individus qui mettent en ligne sur les réseaux sociaux des photos d’eux avec leur conjoint (ou compagnon/compagne) se disent plus heureux dans leur couple et plus proches de leur partenaire que ceux qui ne s’adonnent pas à cette pratique.

Enfin, des spécialistes des universités de Wisconsin-Madison et Cornell ont découvert que les individus regardent souvent leur compte Facebook lorsqu’ils sont en manque d’estime de soi. Ce serait une manière inconsciente pour eux de “réparer” leur ego en consultant les messages – généralement positifs1 – qu’ils y ont publiés au sujet de leur vie et en y voyant les liens sociaux dont ils bénéficient.

Ces recherches confirment, s’il en était besoin, que l’être humain est un animal social qui existe dans sa relation avec autrui et a besoin d’appartenir à des communautés.

1 Seulement un tiers des messages mis en ligne sur Facebook sont de nature négative. Mais les informations sur des moments de vie douloureux reçoivent davantage de commentaires personnalisés.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo