Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Pour améliorer la qualité au sein de votre équipe, cessez de vous en occuper

On ne peut être comptable que de ce dont on est responsable.

C’est une réaction assez naturelle : si un collaborateur ne se sent pas responsable d’une activité1, il est moins impliqué dans son succès. Au contraire, s’il se sent investi d’une responsabilité, il peut s’y investir à fond.

L’exemple de Netflix est éclairant à cet égard.

Le Groupe devrait diffuser cette année 700 nouveaux programmes représentant un budget compris entre 12 et 13 milliards de dollars, contre 20 à 30 nouveaux programmes pour les diffuseurs traditionnels.

Dans ce contexte, la délégation de la prise de décisions est critique : il serait humainement impossible pour Ted Sarandos, le patron des contenus du champion de la diffusion en flux2, de consacrer le temps et les ressources cognitives requises pour valider pertinemment chacun de ces 700 projets. Le changement d’échelle que représente le volume de production de Netflix par rapport à celui de ses concurrents induit donc un changement du fonctionnement de l’échelle hiérarchique de l’Entreprise.

C’est pourquoi Ted Sarandos a bâti son équipe comme une quinzaine de studios de production semi-indépendants. Alors que, dans les autres studios et diffuseurs, les décisions sur la production d’une série ou d’un film remontent au patron, chez Netflix, elles peuvent être prises trois niveaux sous Ted Sarandos. La culture de la délégation est si forte que les collaborateurs de Ted Sarandos ont même la liberté d’approuver, dans certaines limites budgétaires, la production de projets auxquels ils le savent opposé.

Ted Sarandos – (CC) Netflix

Cette délégation permet à Netflix d’atteindre ses objectifs en matière de volume. Mais, de manière plus intéressante encore, elle lui assure un haut niveau de qualité. En effet, les managers de la quinzaine de studios du Groupe sont responsables et comptables des contenus qu’ils approuvent. A l’inverse, si tous les projets remontaient à Ted Sarandos, celui-ci n’aurait pas la bande passante nécessaire pour assurer une qualité optimale à toutes ses productions.

Cette approche présente deux autres avantages.

En premier lieu, elle permet d’attirer des talents qui savent qu’ils bénéficieront d’une plus grande marge de manœuvre que dans d’autres entreprises. En outre, elle est gage de rapidité. Un degré élevé de délégation dans le contrôle qualité élimine beaucoup d’étapes et d’intermédiaires qui se révèlent chronophages. L’évaluation des initiatives prises dans ce cadre est réalisée de manière plus échelonnée et, paradoxalement peut-être à première vue, plus engageante pour les managers concernés : ils ne peuvent pas s’abriter derrière la validation de leur patron pour se protéger des répercussions d’un échec subi dans leur domaine de responsabilité.

Naturellement, ce modèle est porteur d’un risque plus grand. Mais celui-ci vaut certainement d’être pris alors que la révolution numérique ne cesse d’accélérer tous les cycles internes des entreprises et tous leurs rythmes concurrentiels.

1 Ce qui ne veut pas forcément dire qu’il en soit le pilote.

2 Streaming.

Un commentaire sur “Pour améliorer la qualité au sein de votre équipe, cessez de vous en occuper”

› Ajouter un commentaire

Est-ce qu’on assiste à la fin des entreprises avec une structure pyramidale ? Cela me rappelle la note interne d’Elon Musk :

“Plutôt que de résoudre un problème rapidement, en permettant à une personne dans un département de parler à quelqu’un d’un autre département et arranger les choses, les gens sont obligés de parler à leur manager qui parle à son manager qui parle à son tour au manager de l’autre département qui parle à quelqu’un de son équipe. Ensuite l’info doit refaire le tour inverse. C’est incroyablement stupide. N’importe quel manager qui permet ça, ou va même jusqu’a l’encourager, se retrouvera à travailler dans une autre entreprise. Je ne rigole pas.”

Déléguer des décisions serait un des facteurs de croissance d’une entreprise.

Merci Christophe pour cet article éclairant.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo