Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La fin de Ben Laden signale-t-elle le vrai début de Twitter ?

L’opération américaine menée à Abbottabad met fin à deux longues quêtes : celle d’Oussama Ben Laden et celle de la mission du site de micro-blogging Twitter.

Depuis sa création en effet, Twitter cherche quelle est sa vraie raison d’être. Il y a bientôt deux ans, dans des documents internes qui avaient fui sur le web, les dirigeants de Twitter expliquaient que leur objectif était d’être “The Pulse of the Planet” (le pouls de la planète), “un système nerveux de la planète plus qu’un système d’alerte”.

Je suis pour ma part convaincu que Twitter est l’agence d’information du 21ème siècle. Jusqu’à présent, l’actualité était révélée au rythme des dépêches des agences de presse. Une agence de presse était, comme son nom l’indique, un organe de presse qui publiait des dépêches rédigées par des journalistes professionnels parcourant la planète pour nous tenir au courant des derniers soubresauts de l’actualité. Aujourd’hui, Twitter, l’agence d’information du 21ème siècle, n’est pas un organe de presse et fonctionne grâce à des individus qui, dans le monde entier, nous racontent ce qui se passe à deux pas de chez eux. Une autre raison pour laquelle Twitter est une agence d’information et non une agence de presse réside dans le fait que Twitter, qui limite les interventions de ses membres à 140 caractères, ne permet pas de produire des analyses sur l’actualité. Or les agences de presse, contrairement à l’image d’Epinal, ne publient pas que des dépêches narrant les faits ; elles consacrent également certaines dépêches et certains “papiers d’angle” à la mise en perspective de l’actualité.

Grâce au nombre croissant et à la réactivité de ses adeptes, Twitter a déjà plusieurs fois devancé CNN (atterrissage forcé du jet d’US Airways sur l’Hudson, manifestations iraniennes, “révolutions” moyen-orientales…) dans le traitement de l’actualité à chaud. Mais ce qui s’est passé cette nuit sur Internet constitue un changement de nature et non de degré. Twitter a tout simplement annoncé, non seulement avant CNN et tous les médias institutionnalisés mais aussi avant la Maison-Blanche, l’opération la plus secrète menée par les Etats-Unis depuis quelques dizaines d’années. Retour sur une folle nuit qui vit le triomphe, outre des commandos de Marines américains, de Twitter et du citoyen-journaliste.

C’est d’ailleurs sur Twitter que le directeur de la communication de la Maison-Blanche, Dan Pfeiffer, indiqua à 3h45 du matin* que Barack Obama s’exprimerait en direct à la télévision américaine à 4h30. A 4h25, Keith Urbahn, l’ancien directeur de cabinet du premier Ministre de la Défense de George W. Bush, Donald Rumsfeld, écrivit sur son compte Twitter : “Je me suis laissé dire par une source digne de confiance qu’ils ont tué Oussama Ben Laden”.**

Pendant ce temps, à la Maison-Blanche, Obama retardait plusieurs fois son intervention télévisée qui ne commença qu’à 5h35, alors même que la nouvelle de la mort de Ben Laden se répandait sur Internet et dans les médias américains toujours sans aucune confirmation officielle mais avec la force d’un tsunami.

Cependant, le plus étonnant est que ces révélations américaines intervenaient bien après qu’un habitant d’Abbottabad eut lui-même tweeté pour raconter dès 22h00 ce qu’il voyait : une attaque d’hélicoptères. Il n’avait aucune idée à cet instant qu’il était en train de raconter au monde entier – son compte passa de plusieurs centaines d’abonnés à plus de 16 000 en quelques heures – l’élimination de l’homme le plus recherché par les Etats-Unis depuis presque dix ans. Sohaib Athar, un informaticien de la société Really Virtual, détenait sans le savoir le plus extraordinaire scoop dont rêvaient tous les “vrais” reporters de la planète médiatique.

Le paradoxe absolu est qu’il a été rapporté que la maison où habitait Ben Laden n’avait ni le téléphone ni Internet pour éviter d’être repérée par les Américains. Cela empêcha aussi Ben Laden d’être alerté par les tweets de Sohaib Athar sur l’attaque des hélicoptères américains… ce qui n’aurait d’ailleurs pas changé grand-chose à l’issue de l’opération.

Très rapidement, la nouvelle de la mort de Ben Laden surpassa, en termes de trafic généré sur Internet, le mariage de William et Kate. Elle s’apparenta au trafic suscité par… le décès de Michael Jackson.

De même que la première guerre du Golfe a révélé l’efficacité de CNN au monde entier – tous ceux qui les ont vus se souviennent des directs haletants de Peter Arnett et Bernard Shaw depuis Baghdad -, l’opération américaine contre Ben Laden pourrait-elle bien représenter l’entrée de Twitter à la fois dans l’âge adulte et dans le gotha médiatique mondial. Avant l’opération Desert Storm, CNN était une chaîne pour les drogués de l’information ; après, elle devint rapidement l’une des principales chaînes de télé américaines et son succès se répliqua à travers le monde. Il pourrait bien en être de même pour Twitter.

A suivre dans les prochains mois…

 

* Tous les horaires de cet article font référence à l’heure de Paris.

** Par égard pour les âmes les plus sensibles, je ne traduirai pas “hot damn”. 🙂

3 commentaires sur “La fin de Ben Laden signale-t-elle le vrai début de Twitter ?”

› Ajouter un commentaire

Twitter en nouvelle formule du breaking, de l’URGENT et de l’alerte, avec un rôle d’amplificateur et de porte voix des anonymes ou des experts de l’ombre, oui, mais toujours en complément des média (mainstream ou online) qui restent la référence vers laquelle on se tourne (bien que le fake de la photo du cadavre d’OBL repris par beaucoup de mainstream media ait été démasqué via.. Twitter!) et sur lesquels Twitter puise une partie de son succès finalement.

Mais un changment de nature de Twitter, pas sûr, car ça repose encore trop sur l’anecdotique et la circonstance.
Il se trouve qu’Urbahn, dont la légitimité et la proximité sur un sujet pareil était maximale, est sur Twitter, et qu’un anonyme utilisant Twitter s’est trouvé proche des lieux de l’opération, et en plus a fait preuve d’un sacré sens de l’humour (un bon client comme on dit dans les médias tradis!).

Bref, Twitter remet finalement en avant les médias, principalement online, et les journalistes et experts qui n’en ont pas peur mais au contraire savent l’utiliser au mieux.

Cher Docteur,
Nous sommes d’accord. Il n’est pas question à mes yeux que Twitter remplace les médias mainstream mais, comme une agence d’information, les alimente.
Quant au fait que Twitter repose sur l’anecdotique et le circonstanciel, c’est consubstantiel à sa nature de crowdsourcing que je soulignais en faisant la distinction entre agence de presse nourrie par des journalistes professionnels et agence d’information nourrie par les citoyens du monde entier qui se trouvent par hasard au contact de l’actualité.
Mais ces intuitions restent à confirmer sur la durée…
Merci en tout cas pour votre feedback!
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo