Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Des médias heureux d’aller à la niche

Deuxième article sur le passionnant rapport de l’Ecole de journalisme de l’Université de Columbia avec, cette fois, un focus sur l’avenir des médias de niche.

Alors que l’essentiel de l’actualité quotidienne est désormais accessible gratuitement, les médias du monde entier cherchent la formule magique pour conserver un attrait aux yeux de leur public et, partant, une viabilité économique. Les groupes de presse doivent dépasser le modèle d’information généraliste qui a prévalu durant la seconde moitié du vingtième siècle et se différencier afin de proposer une réelle valeur ajoutée à leur public. Deux types de niches leur offrent cette opportunité : l’hyperlocalisation et la verticalisation.

(CC) Steve Rhodes

Le plus grand projet américain de presse hyperlocale est le réseau Patch acquis par AOL en 2009. Patch compte 700 sites web dédiés à des communautés locales. En rachetant Patch, AOL est d’ailleurs devenu instantanément l’un des plus importants recruteurs de journalistes aux Etats-Unis. Cette année, AOL a acquis Outside.in, un autre réseau hyperlocal qui, à l’inverse de Patch, ne crée pas des contenus exclusifs mais réalise automatiquement l’agrégation d’informations en tout genre pour 58 000 communautés locales.

AOL se développe aussi dans les médias verticaux – qui ciblent des audiences passionnées par un centre d’intérêt commun – avec les acquisitions successives du blog MMAFighting.com dédié aux arts martiaux, du site TechCrunch consacré aux technologies de l’information et du célèbre site d’actualité politique The Huffington Post racheté pour 315 millions de dollars il y a quelques mois. AOL a ainsi révolutionné son business model : anciennement fournisseur d’accès Internet, il devient progressivement un groupe de médias de niche.

L’investissement d’AOL dans des médias verticaux n’est pas isolé. Ces médias permettent en effet de toucher un public plus large que les médias hyperlocaux et de générer des revenus potentiellement plus importants. Comme le note le rapport de Columbia, un exemple de réussite dans ce domaine est la newsletter DailyCandy diffusée à l’origine par email depuis le domicile de son auteure, une habitante de l’Etat de New York. DailyCandy alerte chaque jour ses abonnés sur la nouveauté ou la tendance à la mode dans le monde de la grande consommation new yorkaise. Cette newsletter a été rachetée par le grand groupe de médias Comcast en 2008 pour 125 millions de dollars. Elle comptait alors 55 collaborateurs, 12 éditions à travers les Etats-Unis et 2,5 millions d’abonnés. Je citerai également l’exemple de Time to Sign Off, une autre newsletter quotidienne créée par un ami (publicité gratuite) qui alerte ses abonnés de New York, Chicago et Los Angeles sur les trois articles du jour qu’il faut lire avant de déconnecter son ordinateur.

A l’avenir, la majorité des médias auront-ils ainsi le choix, pour survivre, entre l’hyperlocalisation et la verticalisation ? Ce n’est pas si simple. En effet, peu de médias de niche parviennent aujourd’hui à être rentables, les exemples cités dans cet article constituant d’heureuses exceptions. Le modèle médiatique de niche, tout prometteur qu’il est, doit donc encore faire ses preuves avant de constituer une sortie par le haut pour les professionnels de la presse en difficulté.

Se pose alors une autre question pour les médias : vaut-il mieux créer des contenus originaux, plus attractifs mais plus coûteux, ou agréger des contenus existants, ce qui est moins séduisant mais aussi moins dispendieux ? Ce sera l’objet de mon troisième et dernier article sur le rapport de Columbia.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo