Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Newt Gingrich, turlupin de Twitter

J’ai déjà eu l’occasion dans ce blog de relever les erreurs de communication grossières du candidat très conservateur à la primaire présidentielle républicaine. Il vient d’en commettre une nouvelle sur un territoire qui ne pardonne pas : Twitter.

L’ancien Président de la Chambre des Représentants (1995-1999) et architecte du retour au premier plan des Républicains durant la Présidence Clinton est loin d’être un imbécile. Il est même considéré comme l’un des intellectuels les plus brillants du Parti Républicain. Pourtant, Gingrich a une grosse faiblesse : il ne sait pas ce qu’il ne sait pas, comme sa dernière aventure sur Twitter le démontre.

Gingrich s’est en effet vanté récemment d’avoir le plus grand nombre d’abonnés (1,3 million) sur Twitter de tous les candidats à la primaire républicaine. Le problème est qu’une grande partie de ces abonnés n’existent pas et que, sur Internet, tout finit par se savoir. Mais, cela, Gingrich, ne le savait pas…

Newt Gingrich – (CC) Gage Skidmore

La start-up PeekYou, spécialisée dans l’analyse du trafic Twitter et qui utilise un algorithme permettant de distinguer les humains des robots sur le web, a en effet établi que la majorité des abonnés de Gingrich étaient des faux : sur les 1,3 million d’abonnés revendiqués, seulement 106 000 sont de réelles personnes !

Il est étonnant que Gingrich semble ainsi croire qu’un nombre élevé d’abonnés Twitter va lui conférer un avantage certain pour la primaire d’un parti qui n’est pas connu pour avoir une sociologie favorable au web. Il suffit de voir les chances de Sarah Palin, pourtant l’une des idoles des médias sociaux (620 000 abonnés sur Twitter et 3,2 millions de fans sur Facebook), d’être seulement candidate à cette primaire pour réaliser qu’il n’y a pas de relation directe entre succès sur Internet et bonne fortune électorale.

Au quatorzième siècle, la secte des Turlupins professait en Europe qu’on ne devrait avoir honte de rien de ce qui est naturel. Etant donné que les petits arrangements avec la vérité semblent être devenu un comportement naturel pour Gingrich, je lui suggère qu’il fasse renaître cette secte éteinte aux Etats-Unis.

Cela lui fournira un dérivatif pour compenser le fait qu’il ne sera jamais Président des Etats-Unis.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo