Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Nous sommes tous des curators

Le buzz va croissant au sujet de Pinterest, un nouveau site de “curation sociale” (curation = sélection et mise en ligne de contenus existants). Ce site représente-t-il le futur des réseaux sociaux et constitue-t-il une bonne nouvelle pour Internet ? Premier article d’une série de deux sur l’une des tendances les plus prégnantes sur le web aujourd’hui.

Pinterest – combinaison de “pin” (épingler) et “interest” (intérêt) – propose aux Internautes de créer des tableaux virtuels par centre d’intérêt sur lesquels ils peuvent épingler des contenus de toutes sortes disponibles sur le web.

Le site n’est pas le seul à proposer ce genre de service (cf. Snip.it, Storify – que j’avais évoqué ici – et Quora par exemple). Cependant, Pinterest connaît une croissance digne des plus beaux jours de Facebook. Selon les données d’Experian Hitwise rapportées par CNET, le trafic de Pinterest a en effet augmenté de 4000% au second semestre 2011. Le site est ainsi devenu fin 2011 le dixième réseau social le plus populaire, juste derrière Yelp.

C’est d’autant plus impressionnant que le service n’est disponible que sur invitation : vous devez enregistrer votre adresse email et attendre que le site vous envoie une invitation pour créer un compte. Pour ma part, j’attends toujours…

Pinterest est particulièrement prisé par les femmes, ce qui est d’ailleurs une caractéristique commune aux médias sociaux. Il est cependant, à ce stade, difficile de déterminer quels sont les principaux moteurs de sa croissance : buzz médiatique, simplicité d’utilisation, design réussi, soutien des capital-risqueurs…

Elad Gil, entrepreneur de la Silicon Valley dont l’une des start-ups a été rachetée par Twitter, estime que Pinterest est l’un des premiers sites à donner une nouvelle dimension au partage de contenus en le structurant par la création d’espaces dédiés (les tableaux virtuels que j’évoquais au début de cet article). A ses yeux, cette solution pourrait s’avérer plus facile à utiliser que les flux des blogs, même ceux pourtant simplissimes hébergés sur Tumblr.

Quoi qu’il en soit, il faudra attendre encore quelques mois afin de jauger si l’engouement pour Pinterest se confirmera au-delà des early adopters et si le site sera capable de développer sa plate-forme pour un plus grand nombre d’utilisateurs.

Sur le fond, Pinterest pose de nouveau le débat de la création vs. la curation. Certes, nous sommes tous des curators. Tous les Internautes partagent en effet des liens – sur les médias sociaux, en messagerie instantanée ou même par email – vers des contenus qui les ont intéressés. Comme le rappelle également Elad Gil dans son article, la curation est une pratique aussi ancienne que le web.

Mais, aujourd’hui, la curation – et l’agrégation – se développent plus rapidement que la création. Et, lorsqu’il n’y aura plus de créateurs de contenus, il n’y aura plus rien à partager ou à agréger ainsi que l’avait écrit l’ancien rédacteur en chef du New York Times dans son débat par voie de presse contre Arianna Huffington (cf. mon article à ce sujet).

C’est pourquoi, de même que j’observe avec une certaine réserve la multiplication des sites d’agrégation de l’actualité peu innovants (ce qui n’est pas le cas du Huffington Post), je ne suis pas convaincu qu’un site consacré au seul partage de contenus déjà existants soit la plus formidable invention de l’année.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo