Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Pourquoi un homme politique intéresse les médias

La lettre ouverte d’un éditorialiste américain à Newt Gingrich est très éclairante à ce sujet.

Dans son dernier éditorial, Dana Milbank, l’un des commentateurs du Washington Post, s’adresse directement à Newt Gingrich, le candidat à la primaire républicaine qui menace le plus le favori Mitt Romney. Gingrich s’est fait une spécialité depuis quelques semaines (cf. mon article à ce sujet) d’attaquer ce qu’il appelle “l’élite médiatique” qu’il accuse d’être favorable à Barack Obama et éloignée des réalités de la vie quotidienne des Américains.

Milbank écrit notamment :

Cher Newt, vous avez dit que ‘tous nos amis dans les médias sont très excités et impatients à l’idée de voir s’achever aussi rapidement que possible la course à l’investiture républicaine.’ Vous semblez penser que, dans notre précipitation à couronner Mitt Romney comme candidat conservateur à l’élection présidentielle, nous essayons d’utiliser votre lourde défaite dans la primaire de Floride pour déclarer la fin de votre campagne.

Je parle pour beaucoup de mes collègues lorsque j’écris que nous, dans les médias, sommes de grands fans de votre candidature. Et ce n’est pas étonnant : vous êtes la seule chose qui nous sauve d’un long printemps de désespoir, la seule personne qui peut, en prolongeant la campagne présidentielle, faire grimper nos audiences et générer les revenus dont nous avons tant besoin.

Dana Milbank – (CC) Matthew Bradley

Vous nous fournissez donc ce que les journalistes politiques recherchent tant. Certes, plusieurs d’entre nous ont une préférence idéologique mais notre plus grande préférence va de loin vers le conflit – et c’est pourquoi nous sommes tous derrière vous“.

Milbank poursuit sa lettre ouverte à Gingrich par une salve d’une ironie aussi talentueuse que féroce. Mais la première partie de ladite lettre, celle qui m’intéresse le plus, appelle deux commentaires de ma part :

  • il serait inimaginable, en France, de voir un journaliste de tout premier plan s’exprimer avec autant de franchise sur les motivations de la presse à l’égard des élections et des candidats ;
  • les motivations en question nous renvoient à l’une des réalités les plus oubliées des consommateurs de médias : la presse est une activité à but lucratif* et elle doit donc produire des contenus qui intéressent ses lecteurs, parfois même à l’encontre de ses préférences politiques.

* C’est bien mieux ainsi car un média qui serait une organisation à but non lucratif serait de fait subventionné par l’Etat et, partant, sous son contrôle éditorial.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo