Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

QI et QE ne font qu’un

C’est ce que révèle une étude neuroscientifique décisive en matière de compréhension des perceptions.

Des scientifiques de l’Université de l’Illinois ont cartographié l’architecture physique de l’intelligence au sein du cerveau. Leur étude* est l’une des plus complètes jamais menées à ce sujet.

Aron Barbey, le professeur en neurologie qui a dirigé l’étude, met en exergue ses conclusions : “L’intelligence générale dépend d’un système neuronal remarquablement circonscrit. Plusieurs régions du cerveau et les connexions entre elles jouent un rôle majeur dans l’intelligence générale. Ces régions sont principalement situées dans la partie gauche du cortex préfrontal (derrière le front), la partie gauche du cortex temporal (derrière l’oreille) et la partie gauche du cortex pariétal (sur la partie supérieure de l’arrière de la tête) ainsi que dans la matière blanche qui les connecte entre elles“.

En outre, grâce à des travaux menés sur des patients souffrant de blessures cérébrales, les chercheurs ont pu démontrer que les régions du cerveau responsables de la planification, du contrôle de soi et d’autres aspects décisionnels recouvrent en grande partie les régions essentielles à l’intelligence générale.

(CC) TZA

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs prirent des scanners des cerveaux des participants alors qu’ils soumettaient ceux-ci à une batterie de tests cognitifs. A partir des données des scanners, ils produisirent une carte du cortex qu’ils divisèrent en plus de 3 000 unités en 3D. Ils comparèrent les performances cognitives des patients atteints dans l’une ou plusieurs de ces micro-unités à celles de patients dont le cerveau est intact. Ils purent ainsi identifier les régions du cerveau responsables de certaines fonctions cognitives et celles qui contribuent le plus à l’intelligence.

In fine, cette étude démontre que l’intelligence ne repose pas sur une seule région du cerveau ou même sur le cerveau dans son ensemble mais qu’elle implique des régions spécifiques agissant de concert. Comme le souligne Aron Barbey, “nos conclusions apportent de l’eau au moulin d’une nouvelle école de neuroscience qui considère que l’intelligence dépend de la capacité du cerveau à intégrer des informations provenant de processus verbaux, visuels, spatiaux et décisionnels”.

Cette conclusion est passionnante en matière de gestion des perceptions : elle indique en effet que quotient intellectuel et quotient émotionnel ne font qu’un car ils sont tous les deux investis dans le fonctionnement de notre intelligence. Une nouvelle preuve qu’on ne peut pas influencer la perception d’autrui en s’adressant exclusivement à sa rationalité.

 

* A. K. Barbey et al., “An integrative architecture for general intelligence and executive function revealed by lesion mapping”, Brain: A Journal of Neurology, 2012 (citée par Ray Kurzweil sur son blog).

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo