Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La ligne offensive du Prix Pulitzer

Le jury des 96èmes Prix Pulitzer – équivalents des Prix Nobel du journalisme – a attribué deux trophées à des sites d’information en ligne*. Une décision très offensive de la part de la respectable institution.

Le premier de ces deux trophées a été attribué à David Wood du Huffington Post dans la catégorie journalisme national pour sa série de dix articles – “Au-delà du champ de batailles” – consacrés aux défis que rencontrent à leur retour aux Etats-Unis les soldats gravement blessés dans les guerres d’Afghanistan et d’Irak. Le second a été décerné au caricaturiste Matt Wuerker de POLITICO. Mais intéressons-nous au prix du Huffington Post qui est de loin le plus symbolique des deux.

David Wood, 66 ans, ne s’est pas privé de vanter les mérites de son employeur après avoir appris sa bonne fortune : “C’est une confirmation de ce qu’Arianna** a toujours dit : vous pouvez faire du grand journalisme sur n’importe quelle plate-forme médiatique. Les stratégies que j’ai utilisées lorsque j’ai débuté ma carrière en 1970 sont exactement les mêmes que celles auxquelles j’ai eu recours pour cette série d’articles – réfléchir à son sujet, poser les bonnes questions, être toujours à l’écoute et approfondir ses recherches“.

Arianna Huffington – (CC) Penn State

A cet égard, notons que la série d’articles de Wood est le fruit d’un reportage mené durant huit mois – Wood souligne d’ailleurs qu’il ne s’est jamais vu attribuer autant de temps pour un reportage lorsqu’il travaillait au sein de Time Magazine, du Los Angeles Times ou du Baltimore Sun. On est bien loin de l’idée que beaucoup se font des sites Internet d’actualité agrégeant des contenus produits par d’autres pour les présenter de manière plus attractive à leurs lecteurs.

Il est vrai que The Huffington Post fonctionne ainsi pour une grande partie de ses contenus… Un excès d’optimisme – et de cynisme ? – me porte cependant à penser que c’est précisément cette pratique porteuse de peu de valeur ajoutée éditoriale qui permet, grâce aux revenus publicitaires qu’elle génère, de financer un reportage aussi exigeant journalistiquement que celui de Wood. La vie est décidément complexe dans un monde en pleine révolution…

Le plus étonnant est peut-être que les initiatives journalistiques du Huffington Post soient couronnées d’un grand succès public au-delà du succès d’estime incarné par ce Prix Pulitzer. Tim O’Brien, le rédacteur en chef du site, a ainsi expliqué à Forbes que la série d’articles de David Wood avait généré beaucoup de trafic. Espérons que ce Prix Pulitzer tirera The Huffington Post vers le haut.

A cet égard, on peut constater une certaine convergence entre anciens et nouveaux médias. D’une part, les sites Internet des grands noms de la presse écrite tentent avec plus ou moins de succès d’adopter les recettes du Huffington Post & Consorts (multiplication des blogs, développement presque sans limite de l’interactivité avec les lecteurs, mise en place d’innovations technologiques…). D’autre part, les sites Internet d’actualité de nouvelle génération recrutent de plus en plus des gros calibres de la presse écrite pour renforcer leur force de frappe éditoriale, comme l’illustre d’ailleurs l’arrivée de David Wood au sein du Huffington Post il y a un an. Cette convergence représente un réel espoir pour l’avenir de la presse car elle dessine peut-être une “troisième voie”.

C’est pourquoi la décision de l’institution presque centenaire des Prix Pulitzer d’attribuer l’une de ses récompenses les plus prestigieuses à un jeune (7 ans) site Internet inégalement respecté représente une nouvelle déclaration offensive en faveur de la réforme de la presse écrite (voir ici). Ce n’est pas la première fois que le jury récompense des médias en ligne – PolitiFact et ProPublica avaient déjà été couronnés – mais c’est la première fois qu’il leur attribue un prix aussi important que celui décerné au Huffington Post.

Nous avons peut-être assisté hier à un tournant dans l’histoire de la presse.

 

* Signalons également le beau succès de l’Agence France-Presse dont le photographe Massoud Hossaini a remporté le trophée de la meilleure photographie d’actualité.

** Arianna Huffington, la fondatrice du Huffington Post.

2 commentaires sur “La ligne offensive du Prix Pulitzer”

› Ajouter un commentaire

C’est un beau satisfecit décerné au travail du journaliste du HuffPo. Satisfecit qui administre la preuve que le temps est gage de qualité pour le journalisme. 8 mois d’enquête sont effectivement denrée rare dans l’info en ligne et dans les médias en règle générale.
Maintenant n’oublions pas que le modèle économiue du HuffPo n’est pas forcément d’une vertu à prendre en exemple. Hormis quelques journalistes salariés, aucun autre contributeur n’est rémunéré (ne serait-ce que symboliquement) pour les contenus qu’il apporte. Or Arianna Huffington a bâti sa fortune sur cette “gratuité” qui est absolument contre-productive dans la chaîne de fabrication de l’info.

Tout à fait d’accord, Olivier. C’est d’ailleurs pourquoi j’évoquais dans mon article le paradoxe selon lequel de mauvais contenus gratuits pourraient permettre de financer la production de contenus de qualité.
Phénomène encore bien trop rare de nos jours…
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo