Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management des podiums olympiques

Le perdant n’est pas toujours celui qu’on croit.

Bob Sutton, professeur en management à l’Université de Stanford, citait récemment sur son blog une étude réalisée en 1995 par Vicki Medvec, Scott Madey et Tom Gilovich*.

Cette analyse inférait que, si les médaillés en or sont naturellement les plus heureux au terme d’une épreuve olympique, les médaillés de bronze sont paradoxalement plus contents que les médaillés d’argent.

Pour arriver à cette conclusion, les trois chercheurs avaient analysé les émotions exprimées par tous les médaillés des Jeux Olympiques de Barcelone (1992) au terme des épreuves et durant les remises de médailles. Ils avaient déterminé que les premiers manifestaient sans surprise les émotions les plus positives et que les troisièmes étaient plus radieux que les deuxièmes.

By Welsh Government / Llywodraeth Cymru

Medvec, Madey et Gilovich expliquent ces réactions par la pensée rétrospective des sportifs qui se focalise sur ce qui aurait pu advenir si quelque chose s’était déroulé différemment. Les médaillés d’argent comparent leurs résultats à ceux des médaillés d’or parce qu’ils leur paraissent (généralement) accessibles. Les médaillés de bronze se comparent aux quatrièmes parce que les médaillés d’or leur semblent (généralement) inapprochables. Alors que le troisième n’imagine pas pouvoir gagner deux places, le deuxième se projette naturellement sur la marche du podium qui est juste au-dessus de la sienne.

Cette étude nous livre une leçon importante en matière de management : l’appréhension d’une situation où certains gagnent et d’autres perdent n’est pas rationnelle et se fait largement en fonction de la perception personnelle de chacun. La meilleure alliée du manager pour prendre en compte ce type de réactions est une nouvelle fois l’empathie.

Celle-ci permet d’aller au-delà des stéréotypes évidents – tels que celui qui laisse accroire que le médaillé de bronze est plus déçu que le médaillé d’argent – afin de comprendre la perception individuelle de chaque collaborateur par rapport à une décision qui semble conforter certains et léser d’autres.

En management comme en sport, c’est toujours le mental qui fait la différence in fine.

 

* “When less is more: Counterfactual thinking and satisfaction among Olympic medalists.” Victoria Husted Medvec, Scott F. Madey, Thomas Gilovich. Journal of Personality and Social Psychology, Vol 69 (4), Oct 1995, 603-610.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo