Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Faut-il supprimer les commentaires sur Internet ?

Liberté d’expression contre respect d’autrui.

Ainsi que Jim Romenesko le signalait sur son blog, le directeur de la publication d’un groupe canadien de presse locale vient de décider de supprimer la section réservée aux commentaires sous les articles traitant de faits divers sur son site Internet. Ces reportages ont en effet donné lieu ces derniers temps à des éruptions de racisme dirigées contre les origines de certains suspects qui y sont décrits. Cette sage décision pose une nouvelle fois la question de la pertinence et de la justesse des commentaires qui sont mis en ligne, le plus souvent anonymement, sur Internet.

Il convient en premier lieu de rappeler la règle édictée par l’auteur de science-fiction Theodore Sturgeon à propos de la production de contenus, laquelle s’applique aux contenus et commentaires partagés sur le web. Cette règle stipule que 90% des contenus produits sont sans intérêt, 9% sont de qualité moyenne et 1% sont très intéressants. On pourrait la compléter en affirmant qu’un contenu anonyme a davantage de probabilité de relever des 90% décrits par Sturgeon. On a en effet souvent l’impression de retrouver dans beaucoup de commentaires anonymement mis en ligne sur Internet la culture des graffitis rédigés – si on peut employer un tel terme à leur sujet – dans les toilettes d’aéroport.

(CC) Fiezi

Il se trouve qu’une étude – récemment publiée dans The Journal of Computer-Mediated Communication et relatée par The New York Times – analyse l’effet des commentaires sur la perception des Internautes à l’égard des articles qu’ils accompagnent.

Elle révèle que les commentaires raisonnables ne changent pas la perception des lecteurs de l’article concerné. Les commentaires insultants, en revanche, radicalisent la perception des lecteurs et peuvent même les faire changer d’avis. Interrogés sur leur expérience, les participants à l’étude qui furent exposés à des commentaires abusifs en ressortirent cependant avec une conscience aiguisée du risque associé à l’utilisation des nouvelles technologies.

In fine, la problématique des commentaires mis en ligne sur Internet oppose deux principes fondamentaux : la liberté d’expression et le respect d’autrui. La chimère de la fin de l’anonymat numérique et les efforts de modération ou de régulation ne constituent pas aujourd’hui des solutions crédibles à cette contradiction.

Je continue pour ma part de privilégier la liberté d’expression tout en adhérant à des décisions exceptionnelles telles que celle prise par le groupe de presse canadien évoqué plus haut. La liberté d’expression doit en effet s’arrêter là où l’encouragement à la haine commence.

C’est le subtil équilibre sur lequel reposent nos Sociétés démocratiques.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo