Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Peut-on encore faire confiance à Google ?

La stratégie de l’égoïsme.

Il y a quelques jours, Google annonçait la disparition, le 1er juillet prochain, de son lecteur de flux RSS, Google Reader, alors qu’il est pourtant utilisé par des millions de personnes à travers le monde.

Google Reader n’est que le dernier en date d’une série de services lancés par le groupe dirigé par Larry Page et annulés après qu’ils ont été adoptés par un grand nombre d’internautes. Le site Slate a dressé l’impressionnante liste des produits envoyés au cimetière par Google.

Cette pratique révèle une réalité paradoxale : l’incarnation de la Silicon Valley se comporte davantage comme un service public que comme une entreprise commerciale. Elle nous considère comme des utilisateurs de ses services et non comme des clients.

Le logo du futur défunt Google Reader

Elle gère donc ses activités en fonction de ses seuls intérêts, sans la moindre attention portée aux besoins et contraintes des internautes. La logique de Google est simple : elle distingue les services qui lui fournissent des informations importantes pour nourrir sa machine publicitaire – moteur de recherche, Google Maps, Gmail… – de tous ses autres produits. Ceux-là sont pérennes, ceux-ci sont en sursis permanent.

Ce comportement confirme qu’un service est toujours meilleur lorsqu’on le paie – d’où les problèmes posés par Google – ou lorsqu’on a le choix – d’où les difficultés rencontrées avec les services publics. Le respect du client, semble-t-il, n’est pas naturel. Il faut l’entretenir par une certaine menace – celle d’aller voir ailleurs ou de ne plus payer.

On savait déjà qu’une contrepartie à la gratuité des services de Google était l’accès du Groupe à une partie de notre vie privée (lire ici). Il apparaît désormais de plus en plus qu’une seconde – que je n’espère pas être deuxième – spécificité induite par cette relation d’un nouveau genre est d’être à la merci de Google pour certaines applications de notre vie courante.

2 commentaires sur “Peut-on encore faire confiance à Google ?”

› Ajouter un commentaire

la conance et la confiance sont dans un bateau, la confiance tombe à l’esu, qu’est-ce qui reste 🙂

Vraiment, cette question a beaucoup à voir avec la tolérance à la douleur faible d’utilisateurs de médias sociaux.

Google, Microsoft et Apple fonctionnent tous à une époque engagement sans précédent de la concurrence oligopolistique où ils possèdent les politiciens et les régulateurs et acheter ce qui concerne le subventionnement des experts sur la responsabilité sociale des entreprises.

Ce dernier épisode Google ne fait que renforcer et renforce leur culture et l’algorithme qui l’anime. On pourrait poser la même question à propos de Microsoft pousse Bing, qui est comme un 2-CV par rapport à la puissance V-6 de Google. Ou l’obsolescence planifiée qui joue sur la faiblesse humaine pour que les utilisateurs IPhone acheter le dernier numéro.

Pensez à ces thèmes … réalité ou la perception.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo