Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les journaux doivent-ils abandonner leur principe d’objectivité pour survivre ?

C’est ce que considère l’un des plus grands quotidiens américains.

Le site Editors Weblog a rendu compte de l’intervention à la récente Conférence Ad Age de Larry Kramer, directeur de la publication de USA Today, le deuxième quotidien américain (en diffusion).

Kramer y a expliqué qu’il encourage désormais ses journalistes à couvrir l’actualité en insufflant davantage leur personnalité dans leurs articles afin d’offrir une perspective unique à leurs lecteurs.

Ainsi que j’en ai déjà rendu compte sur Superception (lire par exemple ici), les journalistes deviennent de plus en plus des marques indépendantes de celles des médias. Ils développent leur audience individuelle sur les réseaux sociaux et créent même parfois leur propre plate-forme médiatique personnelle (lire ici).

De fait, Internet donne aujourd’hui la possibilité à chaque consommateur-citoyen de sélectionner en fonction de leur auteur les articles qu’il consulte, que ce soit à partir de liens publiés sur les réseaux sociaux, de flux RSS ou de recherches effectuées sur les moteurs de recherche ou dans les sites des médias.

(CC) mechanikat

(CC) mechanikat

Auparavant, la force des journaux était d’agréger en un seul endroit l’ensemble de l’actualité et des services (petites annonces, horaires de cinéma…). L’offre globale du journal l’emportait, à l’exception de quelques “grandes signatures”, sur les individualités de ses contributeurs. Cette logique est en train de s’inverser.

La conséquence de cette évolution sera une éditorialisation croissante de la couverture de l’actualité dans laquelle le commentaire prendra de plus en plus d’importance à côté – ou à la place – de la relation des faits.

Cette mutation sera favorisée par le fait que, hormis dans des situations exceptionnelles, le compte-rendu des événements devient de plus en plus un produit sans réelle valeur marchande qui est accessible gratuitement sur Internet et banalisé par le journalisme-citoyen.

Son inéluctabilité ne rend pas pour autant l’éditorialisation croissante des médias bénéfique. En effet, le déclin de l’objectivité médiatique sera synonyme de radicalisation des opinions et, partant, de difficulté croissante à constituer un consensus citoyen.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo