Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’histoire, vecteur de communication le plus puissant

C’est ce que démontre une nouvelle recherche neurologique.

The Independent relatait récemment une étude publiée par Brain Connectivity qui démontre les effets de la lecture d’un roman sur le cerveau.

Cette recherche a été conduite par des neurologues de l’Université Emory (Atlanta) avec 21 étudiants volontaires qui lurent tous le même livre, “Pompeii“, un thriller de Robert Harris choisi pour la qualité de son histoire. Durant 19 jours, les étudiants lurent une partie du livre chaque soir et passèrent un IRM le lendemain matin. Lorsqu’ils eurent terminé l’ouvrage, ils passèrent des IRM cinq jours de suite.

(CC) Janine

(CC) Janine

Ces IRM mirent en lumière les effets de cette lecture sur les cerveaux des étudiants, en particulier une augmentation de la connectivité au sein du cerveau et des changements neurologiques persistants. Ces modifications furent enregistrées dans le lobe temporal gauche, une zone du cerveau qui nous sert notamment à reconnaître le langage et percevoir les sensations physiques et les mouvements.

Les neurones du lobe temporal gauche nous permettent également de nous imaginer en train de mener une activité : le fait de penser à la pratique de l’escalade dynamise par exemple les neurones associés à ce sport. Ainsi les responsables de l’étude en conclurent-ils que la lecture d’un roman peut nous transporter neurologiquement dans le corps du héros du livre. Cet effet se poursuit pendant (au moins) cinq jours après la fin de la lecture.

Ainsi que je l’ai expliqué sur Superception, l’histoire se distingue dans tout l’arsenal communicatif par sa capacité unique à associer informations et émotions. Or les émotions véhiculées par une histoire aident à mémoriser les informations qu’elle contient. L’émotion est en effet le marqueur mémoriel le plus puissant.

C’est pourquoi, au-delà de la mode du “story-telling”, l’histoire est depuis la nuit des temps le vecteur de communication le plus puissant.

2 commentaires sur “L’histoire, vecteur de communication le plus puissant”

› Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo