Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management d’Herbert Hoover

La communication ne suffit pas.

Je suis tombé au hasard de mes lectures matinales sur une citation du Président américain Herbert Hoover (1929-1933) : “les mots sans action sont les assassins de l’idéalisme“.

Herbert Hoover - (CC) Library of Congress

Herbert Hoover – (CC) Library of Congress

Je tire de cette admonestation une double leçon de management :

  • la communication ne suffit pas – et c’est un dircom qui vous le dit : de même qu’il est préférable de sous-promettre aux marchés financiers puis de sur-réaliser, il ne faut pas afficher des principes et/ou des valeurs auprès de ses équipes si l’on n’est pas décidé à prendre les décisions concrètes – et parfois douloureuses – pour les faire appliquer dans toute l’organisation que l’on dirige. Parler sans agir conduit en effet à une perte de crédibilité du manager et à une démotivation des collaborateurs. En outre, plus les valeurs affichées sont séduisantes, plus la déception est grande lorsqu’elles ne sont pas mises en vigueur ;
  • la première pratique doit concerner le dirigeant lui-même : en entreprise comme en politique, l’exemplarité est la première condition de toute crédibilité. C’est encore plus vrai à l’ère de la transparence quasi absolue dans laquelle nous opérons aujourd’hui. Un manager ne peut plus afficher des principes pour la galerie en les foulant tranquillement aux pieds dans son exercice quotidien du pouvoir.

Mieux vaut donc ne pas paraître ambitieux si l’on ne veut pas être exigeant, y compris et surtout avec soi-même.

Un commentaire sur “La leçon de management d’Herbert Hoover”

› Ajouter un commentaire

Complètement en phase avec votre propos.
Il faut des paroles, et des actes. C’est vrai pour une entreprise, un dirigeant, et pour toute personne.
Il est possible d’étendre ce principe à soi-même, par exemple, c’est bien de lire des livres sur le développement personnel, mais inutile si aucune action n’en découle.
Je reprends la citation de Chris Guillebeau « Le fossé entre la connaissance et l’action est beaucoup plus grand que celui qui existe entre l’ignorance et la connaissance ».

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo