Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La leçon de management de Michael Jordan

Les meilleurs sont ceux qui écoutent.

Je suis en train de lire la dernière biographie de référence de Michael Jordan parue outre-Atlantique, “Michael Jordan: The Life” par Roland Lazenby (critique à venir sur Superception). J’y ai trouvé une nouvelle leçon de management complémentaire de celles dénichées dans la précédente biographie que j’avais lue à son sujet.

Alors qu’il était le basketteur le plus doué de tous les temps, Michael Jordan faisait montre d’une grande faculté d’écoute. Celle-ci était motivée par sa soif inextinguible de toujours s’améliorer et par l’éducation reçue de sa mère.

C’est ainsi que, chaque fois qu’il franchit un palier important en rejoignant le niveau universitaire puis la ligue professionnelle (NBA), il commença par se mettre à l’écoute de ses entraîneurs et leur demanda sans relâche ce qu’il pouvait améliorer dans son jeu.

(CC) Jason H. Smith

(CC) Jason H. Smith

Ses coaches successifs citaient d’ailleurs sa faculté à apprendre comme sa plus grande qualité, plus grande encore que son talent de joueur et ses phénoménales aptitudes physiques. Ils racontent qu’il suffisait de lui faire une seule remarque pour qu’il fasse évoluer son jeu dans la direction demandée.

Jordan lui-même explique dans le livre que “mon plus grand talent était d’être réceptif à l’enseignement. J’étais comme une éponge. Même si je pensais que mes entraîneurs se trompaient, j’essayais de les écouter et d’apprendre quelque chose”.

Cette approche s’explique par un trait de caractère essentiel démontré par Michael Jordan tout au long de sa carrière : il était focalisé sur ce qu’il devait améliorer dans sa pratique du basket plutôt que sur ce qu’il maîtrisait. C’est pourquoi il arrivait à l’entraînement 45 minutes avant ses coéquipiers et en partait plusieurs heures après eux : il voulait toujours progresser.

C’est un aspect du personnage que les légions de jeunes joueurs qui tentèrent de mettre à profit leur petit talent pour l’imiter après sa retraite oublièrent d’intégrer dans leurs plans : les meilleurs sont ceux qui écoutent parce qu’ils sont en apprentissage permanent. Leur insatisfaction à leur propre égard ne connaît pas de limites.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo