Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Faut-il se méfier de son PDG lorsqu’il atteint 65 ans ?

C’est la question à laquelle répond une étonnante étude.

Cette recherche, menée par Dirk Jenter, professeur au sein de la business school de l’Université de Stanford, et Katharina Lewellen, enseignante au sein de la business school Tuck de l’Université de Dartmouth, montre que les entreprises dont le PDG est âgé de 65 ans attirent davantage d’offres d’acquisition que les autres.

65 ans semble être l’âge magique dans ce domaine : les entreprises avec un PDG de cet âge ont par exemple 40% plus de chances que celles avec un PDG de 63 ans de se voir proposer une acquisition et même d’être acquises (voir le graphe ci-dessous).

(CC) Dirk Jenter et Katharina Lewellen

(CC) Dirk Jenter et Katharina Lewellen

Influencés par quelques mauvais exemples, beaucoup d’observateurs croyaient jusqu’à présent que les PDG en fin de parcours sont plus tentés de réaliser des opérations de fusion-acquisition car ils n’ont plus d’enjeu de pouvoir au sein de leur entreprise et veulent toucher un dernier bonus avant de se retirer.

Or cette étude démontre que le problème ne résulte pas de la trop grande inclination des PDG âgés pour les ventes d’entreprise mais de l’insuffisant recours des dirigeants plus jeunes à cette méthode. Ces derniers ont en effet trop à perdre, alors qu’ils viennent d’atteindre le sommet de leur carrière, pour envisager de s’allier à une autre entreprise.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo