Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’impact des nouveaux médias sur les campagnes présidentielles vu par un candidat expérimenté

Mitt Romney a concouru deux fois et se prépare peut-être à une troisième tentative pour conquérir la Maison-Blanche.

Mark Leibovich, célèbre journaliste politique américain, lui consacre un intéressant article dans The New York Times Magazine.

Mitt Romney y revient notamment sur la gaffe involontaire qui marqua sa campagne 2012. Au cours d’un déjeuner privé très huppé de récolte de fonds, il déclara que “47% des Américains voteront pour le Président en exercice quoi qu’il arrive : 47% des Américains qui sont avec lui, qui sont dépendants du Gouvernement, qui croient qu’ils sont des victimes, qui considèrent que le Gouvernement est responsable de prendre soin d’eux, qui croient qu’ils ont droit à l’assurance maladie, à des repas, à un logement, etc. Mon travail ne consiste pas à m’inquiéter au sujet de ces personnes. Je ne les convaincrai jamais qu’ils doivent devenir responsables et assumer leur propre vie“. Un barman enregistra une vidéo de l’événement et les images furent publiées sur le web social d’où elles se propagèrent dans les principaux médias du pays.

Il explique, pour la première fois, que son erreur fut de reprendre les arguments de son interlocuteur dans la réponse qu’il apporta à sa question et qu’il n’aurait jamais agi ainsi s’il avait su qu’il était filmé. Comme il le dit, “si j’avais vu la caméra, je me serais souvenu que je parlais au monde entier et pas seulement à cet homme”.

Barack Obama avait lui aussi été victime du journalisme citoyen durant la campagne de 2008 (lire ici) et avait dû gérer une crise comparable suite à des propos méprisants sur les électeurs des petites villes.

Mitt Romney - (CC) Gage Skidmore

Mitt Romney – (CC) Gage Skidmore

Pour Mitt Romney, du fait de ces nouveaux médias, un prétendant présidentiel ne peut jamais se soustraire à son rôle de candidat, jamais baisser sa garde. “L’ère de la spontanéité en politique est terminée”.

C’est pourquoi il est déjà résolu, s’il devait de nouveau se présenter, à ce qu’un membre de son équipe le suive partout en le filmant 24 heures sur 24 pendant sa campagne. Cela lui permettrait de ne jamais perdre de vue qu’aucune de ses déclarations ne pourrait plus rester secrète. Incidemment, il bénéficierait aussi d’un enregistrement si ses affirmations devaient être déformées par ses opposants.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo