Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Contre la rémunération des journalistes au clic

Slant, un site d’actualité lancé il y a quelques jours par des anciens collaborateurs du Huffington Post, du Bleacher Report et du New York Daily News, rémunère ses journalistes en fonction du trafic qu’ils recueillent.

Il les paie 100 dollars par mois pour trois articles produits par semaine et leur verse 5 dollars supplémentaires par 500 clics que leurs contenus génèrent. Lors de sa première semaine d’activité, Slant a accueilli 100 000 visiteurs uniques.

Certes, ainsi que ses dirigeants le soulignent, le modèle de Slant peut être considéré comme préférable à celui de certains sites, au premier rang desquels The Huffington Post, qui exploitent sans les rémunérer la production éditoriale des blogueurs pour engranger des revenus publicitaires.

Slant pourrait par exemple être une plate-forme intéressante pour des étudiants en journalisme qui veulent tester leur talent et acquérir une première expérience professionnelle alors qu’il y a de moins en moins de CDI accessibles dans les médias. Mais il vaudrait mieux que ce type d’initiatives soient lancées par des écoles de journalisme afin qu’elles soient clairement identifiées dans leur objectif et restreintes dans leur périmètre d’action. Ce n’est pas la logique de Slant.

(CC) Alan O'Rourke

(CC) Alan O’Rourke

Plus globalement, je suis opposé à la rémunération des journalistes au clic pour au moins trois raisons :

  • ni la qualité d’un contenu ni l’importance d’un sujet d’actualité ne sont proportionnelles à sa popularité sur le web social. La rémunération au clic favorise le sensationnalisme et le batifolage qui, tous deux, ne sont pas les plus propices à une pratique saine du rôle citoyen du quatrième pouvoir ;
  • de même, une telle approche encourage le productivisme et donc le traitement des sujets faciles plutôt que de ceux qui requièrent une investigation pour révéler l’actualité ou une réflexion pour la mettre en perspective ;
  • enfin, ce système affecte l’objectivité du rédacteur et peut le porter par exemple à aller dans le sens des opinions déjà populaires sur le web au lieu de challenger les idées reçues et ainsi d’enrichir le débat.

2 commentaires sur “Contre la rémunération des journalistes au clic”

› Ajouter un commentaire

Oui globalement je suis aussi contre. Le modèle de rémunération à la performance est de plus en plus répandu dans tous les secteurs d’activités. Pour ce type de support, une rémunération prenant en compte la durée de la visite serait peut-être plus pertinent.

Bonjour,
Merci pour votre commentaire.
Je crains cependant qu’une rémunération prenant en compte la durée de visite présente malheureusement les mêmes inconvénients qu’une rémunération au clic.
Bonne journée.
Xophe

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo