Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Information politique : la bulle de filtres est-elle vraiment crevée ?

Une question qu’il faut étudier à la lumière du traitement médiatique de la candidature de Donald Trump outre-Atlantique.

L’intelligence artificielle qui régit les services qui nous sont proposés sur Internet est programmée pour nous faire plaisir à notre insu en allant, en particulier, dans le sens de nos opinions.

L’exemple le plus connu de ce phénomène est le moteur de recherche de Google qui nous livre des résultats correspondant aux penchants que nous avons exprimés dans les recherches précédentes (et dans toutes nos interactions avec les produits de la marque pour celles et ceux qui utilisent aussi Gmail, Google+, YouTube…).

Ce faisant, le web tend à nous emprisonner dans une “bulle de filtres” (“filter bubble“) pour reprendre l’expression créée en 2011 par l’activiste numérique américain Eli Pariser.

Ce phénomène peut être aggravé, en particulier aux Etats-Unis, par l’existence de médias traditionnels (chaînes de télévision, journaux, stations de radio…) très politisés.

La polarisation absolue du débat présidentiel américain semble mettre en exergue la puissance de ce phénomène. Pourtant, une étude réalisée par un chercheur de l’Université de New York démontre qu’une grand majorité d’Américains s’informent sur l’actualité politique dans des médias neutres et non à travers des canaux fortement idéologisés. La seule exception concerne une frange de Républicains qui ont une consommation médiatique radicalisée (voir les graphes reproduits ci-dessous).

(CC) Andrew M. Guess (New York University) via The New York Times

(CC) Andrew M. Guess (New York University) via The New York Times

Pour arriver à cette conclusion, le chercheur a recruté un panel de citoyens représentatifs de l’électorat américain qui ont accepté de lui communiquer leurs données de visites de site web sur trois semaines. Cette méthode est plus précise que celle adoptée par les recherches précédentes qui se fondaient sur les déclarations des participants.

Les résultats de cette étude ne me paraissent pas complètement rassurants pour autant. En effet, s’ils indiquent que la neutralité des médias consommés l’emporte sur leur polarisation politique, ils signalent aussi que le rôle des journalistes qui produisent les informations diffusées par ces médias est encore plus important qu’on ne pouvait le penser.

En effet, les Américains peuvent être exposés à une relation de l’actualité relativement objective1 mais encore faudrait-il pour ce faire que les journalistes se donnent la peine d’exercer leur mission en respectant la déontologie de leur profession, pilier de la démocratie.

Or la faillite presque complète des médias américains dans la couverture de la campagne de Donald Trump est formidablement inquiétante à cet égard.

1 L’objectivité parfaite n’existe pas étant donné que les êtres humains sont guidés par leurs émotions.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo