Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Lecture : “The Men Who Would Be King: An Almost Epic Tale of Moguls, Movies, and a Company Called DreamWorks” par Nicole LaPorte (2010, 512 pages)

Ce livre qui raconte la création et les quinze premières années de la vie tumultueuse de DreamWorks est en quelque sorte la suite de “DisneyWar” que j’avais lu juste avant. Tout intéressant qu’il est, le livre de Nicole LaPorte n’a cependant pas la valeur de celui de James B. Stewart.

Créé en 1994 par trois des personnalités les plus puissantes d’Hollywood – Steven Spielberg, qu’on ne présente plus, Jeffrey Katzenberg, ancien adjoint de Michael Eisner qui vient alors de le renvoyer de Disney, et David Geffen, producteur de musique – DreamWorks SKG était le premier studio de cinéma fondé à Hollywood depuis plus d’un demi-siècle. Il fut présenté comme un modèle pour le cinéma du vingt-et-unième siècle. Malheureusement, quinze ans plus tard, le rêve s’était révélé une illusion.

Contrairement à James B. Stewart avec Disney, Nicole LaPorte n’arrive pas à combiner la chronique de l’entreprise qu’elle dissèque avec une réflexion plus globale sur ce que l’aventure DreamWorks signifie pour l’industrie des loisirs ainsi que pour l’art du management.

Elle nous en dit aussi finalement assez peu sur les trois personnalités qui sont au coeur de l’histoire qu’elle narre par ailleurs très bien : Spielberg, Katzenberg et Geffen.

NOTE : C.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo