Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Vanity Fair, un classement qui manque de classe

Le classement des personnes les plus influentes des Etats-Unis publié par Vanity Fair cherche davantage à complaire aux perceptions déjà établies au sein du grand public et de la rédaction du magazine qu’à apporter une perspective originale.

Vanity Fair est un magazine américain aussi célèbre que (d’habitude) remarquable. Il classe chaque année les personnes les plus influentes des Etats-Unis et publie pour 2011 pas moins de trois classements : le nouvel ordre, les créateurs du monde actuel et le hall of fame.

Le classement du nouvel ordre est fondé sur plusieurs critères, au premier rang desquels la fortune, l’influence, la capacité visionnaire et l’activité philanthropique des impétrants. Ce classement est dominé cette année par les dirigeants d’entreprises de haute technologie. Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, en occupe la première place pour la seconde – la deuxième ? – année consécutive. Sergey Brin et Larry Page, les co-fondateurs de Google, prennent la deuxième place – ils étaient troisièmes l’an passé -, Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon, s’adjuge la troisième place et Tim Cook et Jonathan Ive, respectivement DG et patron du design d’Apple, partagent la quatrième place. Lady GaGa fait pour sa part son entrée dans le Top 10. Graydon Carter, Directeur de la Publication de Vanity Fair, souligne dans le communiqué de presse révélant ce classement que “l’ère de l’information a donné naissance à une ère de la technologie florissante”, mettant également en exergue les énormes changements subis par ce classement depuis 17 ans.

Mark Zuckerberg – (CC) deneyterrio

1. Mark Zuckerberg, Facebook

2. Sergey Brin et Larry Page, Google

3. Jeff Bezos, Amazon

4. Tim Cook et Jonathan Ive, Apple

5. Jack Dorsey, Square et Twitter

6. Marc Andreessen et Ben Horowitz, Andreessen Horowitz

7. Reed Hastings, Netflix

8. John Lasseter, Pixar, Walt Disney Animation Studios

9. Lady GaGa, chanteuse

10. Dan Doctoroff, Bloomberg L.P.

11. Dick Costolo, Twitter

12. Mark Pincus, Zynga

13. Jim Breyer, Accel Partners

14. Tim Burton, Johnny Depp, et Graham King

15. Michael Moritz, Sequoia Capital

16. J. K. Rowling, auteur d’Harry Potter

17. Trey Parker et Matt Stone, South Park

18. Reid Hoffman, Greylock Partners et LinkedIn

19. Herb Allen III, Allen & Co.

20. Judd Apatow, Apatow Productions

21. Jay-Z, Roc Nation

22. Todd Phillips, Green Hat Films

23. Yuri Milner, DST Global

24. J. J. Abrams, auteur, producteur et réalisateur

25. Robin Li, Baidu

26. Sheryl Sandberg, Facebook

27. Andrew Mason, Groupon

28. Jon Stewart et Stephen Colbert, stars comiques de télévision

29. Mark Wahlberg et Stephen Levinson, Leverage

30. Angela Ahrendts et Christopher Bailey, Burberry

31. Elon Musk, Tesla Motors et Space X

32. Natalie Massenet, Net-a-Porter Group

33. Paul Graham, Y Combinator

34. Sean Parker, entrepreneur

35. Fred Wilson, Union Square Ventures et Flatiron Partners

36. Peter Thiel, Founders Fund et Clarium Capital Management

37. Peter Jackson, Wingnut Films

38. Ryan Kavanaugh, Relativity Media

39. Mike Allen, POLITICO

40. Walt Mossberg et Kara Swisher, All Things D

41. John Hennessy, Stanford University

42. Jeremy Stoppelman, Yelp

43. Ashton Kutcher, acteur et investisseur

44. Tyler Perry, réalisateur, producteur, auteur et acteur

45. Dennis Crowley, Foursquare

46. Kevin Ryan, Gilt Groupe

47. Daniel Ek, Spotify

48. Henry Blodget, Business Insider

49. Mikael Hed, Niklas Hed et Peter Vesterbacka, Rovio

50. Justin Timberlake, chanteur et acteur

Le deuxième classement de Vanity Fair, nouveau cette année, concerne les individus qui ont créé le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et qui continuent d’y exercer une grande influence. Steve Jobs prend la tête de cette liste devant Bernard Arnault et Michael Bloomberg.

1. Steve Jobs, Apple

2. Bernard Arnault, LVMH

3. Michael Bloomberg, maire de New York

4. Rupert Murdoch, News Corporation

5. Brian Roberts et Steve Burke, Comcast, NBC Universal

6. François-Henri Pinault, PPR

7. Bob Iger, Walt Disney Company

8. Jeffrey Bewkes, Time Warner

9. Jill Abramson, The New York Times

10. Steve Ballmer, Microsoft

11. Brad Pitt et Angelina Jolie, cinéma et philanthropie

12. Diego Della Valle, Tod’s

13. Roman Abramovich, investisseur

14. Mickey Drexler, J. Crew

15. Richard Plepler, Sue Naegle et Michael Lombardo, HBO

16. Larry Gagosian, Gagosian Gallery

17. Harvey et Bob Weinstein, the Weinstein Company

18. Marc Jacobs, créateur de mode

19. Lorne Michaels, Saturday Night Live

20. David Zaslav, Discovery Communications

21. Jean Pigozzi, investisseur, art

22. George Bodenheimer et Anne Sweeney, Disney Media Networks

23. Vivi Nevo, NV Investments

24. Bonnie Hammer, NBCU Cable Entertainment and Cable Studios

25. Tim Armstrong et Arianna Huffington, AOL Huffington Post Media Group

La troisième liste de Vanity Fair, qui n’est pas un classement, est son hall of fame. Il regroupe les personnes qui ont une influence durable et inclut notamment Warren Buffett, Barry Diller, Tom Ford, Tom Hanks et Karl Lagerfeld.

Edgar Bronfman Jr., Warner Music Group

Warren Buffett, Berkshire Hathaway

Ron Conway, investisseur

Philippe Dauman, Viacom

Barry Diller et Diane von Furstenberg, IAC, DVF

John Doerr, Kleiner Perkins Caufield & Byers

Larry Ellison, Oracle Corporation

Tom Ford, créateur de mode et réalisateur

Ted Forstmann, IMG Worldwide

Tom Freston, Firefly3

Brian Grazer et Ron Howard, Imagine Entertainment

Tom Hanks, acteur

Jeffrey Katzenberg, DreamWorks Animation

Vinod Khosla, Khosla Ventures

Karl Lagerfeld, Chanel

Ralph Lauren, Polo Ralph Lauren

John Malone, Liberty Media

Ron Meyer, Universal Studios

Leslie Moonves, CBS

Ronald Perelman, MacAndrews et Forbes

Miuccia Prada, Prada

Charlie Rose, animateur de talk-show

Eric Schmidt, Google

Terry Semel, investisseur

Oprah Winfrey, OWN

Les faits étant posés, passons désormais au commentaire. Je prendrai juste quelques exemples qui démontrent à mon sens l’inanité de ces classements et le fait qu’ils ne constituent in fine rien de plus qu’une opération de marketing (comme la plupart des classements de ce genre d’ailleurs) :

  • plutôt que de rechercher celles qui ont vraiment de l’influence, Vanity Fair préfère mettre en tête de son classement des personnalités célèbres dont les noms feront davantage vendre même si leurs réalisations de l’année ne justifient pas vraiment leur place. Ainsi, Facebook et Mark Zuckerberg sont-ils certes les icônes des médias sociaux mais l’année écoulée ne les a pas vus particulièrement progresser en termes d’influence (le nombre d’abonnés de Facebook semble d’ailleurs atteindre un plateau). Pour le classement 2011, j’aurais personnellement couronné Jack Dorsey qui a franchi des étapes décisives ces derniers mois pour faire de Square, solution de paiement par carte bleue sur smartphone, une révolution du commerce de détail – Vanity Fair l’a classé en cinquième position et je suis convaincu qu’il aurait été sur le podium s’il avait été plus connu. J’aurais également positionné Elon Musk, qui révolutionne le développement de la voiture électrique avec son entreprise Tesla, bien plus haut qu’une misérable trente et unième place. Si l’on se projette dans dix ans, je suis convaincu que ces deux entrepreneurs auront plus d’influence qu’une majorité de ceux qui les précèdent dans le classement. Et une partie importante de cette influence aura été construite cette année ;
  • autre aspect étonnant, Vanity Fair affirme que les actions philanthropiques figurent parmi les premiers critères du classement. C’est à peine croyable lorsqu’on regarde la hiérarchie établie par le magazine ;
  • le classement de ceux qui ont créé le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est tout aussi surprenant. Bernard Arnault a peut-être créé le monde dans lequel vous vivez mais pas le mien. Blague à part, le nombre de personnes impactées par les activités de Bernard Arnault me semble ridiculement limité – sauf au sein du lectorat de Vanity Fair ! – pour lui attribuer la deuxième place d’un classement globalement délirant : la sixième place de François-Henri Pinault indique une tendance décidément inquiétante de Vanity Fair à la francophilie, Jill Abramson ne peut pas avoir créé notre monde actuel, venant juste d’être nommée à la tête du New York Times, la présence de Steve Ballmer éclipse celle du vrai génie qui manque à ces classements (cf. infra) et Brad Pitt et Angelina Jolie me semblent également égarés dans un tel aréopage. J’applaudis en revanche à la reconnaissance bien sûr de Steve Jobs mais aussi de Michael Bloomberg et de Rupert Murdoch (qui n’a pas forcément créé un monde meilleur mais dont l’influence est indéniable sur notre vie quotidienne) ;
  • le hall of fame m’a également laissé stupéfait lorsque j’ai découvert que le premier nom de la liste – certes par ordre alphabétique – était Edgar Bronfman Jr. qui s’est fait une spécialité de faire échouer les businesses qu’il manage. Bronfman est une publicité vivante contre l’héritage. Pour le reste, ce me semble le moins effarant des trois classements, même si je n’y aurais pas fait figurer Eric Schmidt et que j’y aurais ajouté davantage de musiciens (dont l’influence, par définition, est durable) ;
  • mais j’ai gardé le meilleur pour la fin : où est passé Bill Gates ? Il aurait largement mérité, par son action passée à la tête de Microsoft et son activité actuelle à la barre de sa Fondation, de figurer dans les trois classements mais il a été complètement oublié par Vanity Fair. Il n’est peut-être plus assez à la mode… Mais alors la mode est bien terne cette année.

Ces commentaires reflètent naturellement mes propres perceptions qui n’ont pas davantage de valeur que celles de la rédaction de Vanity Fair.

Si l’objectif du magazine, avec ses classements, était de faire parler de lui et de susciter le débat, c’est réussi !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo