Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Les émotions constituent-elles un langage universel ?

Le verdict dépend de la réponse à une question : les émotions sont-elles innées ou acquises ?

New Scientist vient de faire le point sur les dernières recherches relatives à la compréhension des expressions du visage.

Les écrits les plus célèbres sur le sujet sont ceux de Charles Darwin dans son livre L’Expression des émotions chez l’homme et les animaux paru en 1872. Il y professait que les expressions du visage sont comprises de la même manière à travers toutes les cultures. A partir d’expériences réalisées sur ses visiteurs, auxquels il montrait des photos de visages réagissant à des petits chocs électriques, Darwin avait conclu que les émotions faciales étaient universelles. Tous ses visiteurs, en effet, voyaient les mêmes émotions dans les expressions des visages pris en photo. Il en déduisit aussi que les émotions faciales sont ancrées dans nos cerveaux depuis la généalogie commune aux humains et aux animaux.

Dans les années 1960, une autre expérimentation sembla confirmer les conclusions de Darwin. Une équipe de psychologues de l’Université de San Francisco dirigée par Paul Ekman (l’inspirateur du personnage principal de la série “Lie to Me”) voyagèrent dans plusieurs régions du globe (Brésil, Japon, Bornéo, Nouvelle-Guinée…) afin de montrer aux autochtones des photos de six expressions d’émotion : bonheur, peur, colère, surprise, dégoût/mépris et tristesse. Ils firent de même aux Etats-Unis. Ils en conclurent que ces six émotions basiques étaient reconnues universellement quelle que soit la culture des régions visitées, et ce même chez les populations qui n’avaient jamais eu de contact avec le monde extérieur avant de recevoir leur visite.

Les six émotions principales – (CC) booshooo

Depuis lors, des dizaines d’expérimentations ont confirmé les enseignements de Darwin et Ekman. Certains chercheurs, cependant, les remettent en question. Ils regrettent en particulier que les participants aux expérimentations se voient souvent remettre au préalable la liste des émotions qu’ils doivent reconnaître sur les visages qui leur sont présentés. Ce fut notamment le cas de l’étude internationale de Paul Ekman. Or, dans une expérimentation qui fut réalisée sans distribution de liste, les cobayes reconnurent les expressions faciales avec seulement 50% de pertinence (contre 80% lorsqu’une liste leur était fournie).

Et les dernières recherchent démontrent que les expressions d’émotion ne sont en fait pas universelles. Rachael Jack, chercheuse à l’Université de Glasgow, a récemment mené une expérimentation au cours de laquelle elle montra 4 800 expressions faciales à 15 volontaires européens et 15 volontaires chinois. Les résultats montrèrent que la culture a une influence sur la compréhension des émotions. Rachael Jack en conclut qu’il y a une origine biologique, héritée de notre généalogie, dans la relation aux émotions mais que les cultures, dont nous sommes dotés depuis 80 000 années, y jouent également un rôle.

Influencée par nos cultures et pas seulement par la biologie de nos cerveaux, la compréhension des émotions est donc principalement innée mais aussi partiellement acquise. Partant, elle est affaire de perception.

Souvenons-nous en lorsque nous communiquons vers des publics internationaux.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo