Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La mode de l’anonymat atteint désormais le journalisme

Pour le meilleur ou pour le pire ?

Deux applications protégeant l’anonymat de leurs utilisateurs, Whisper (qui compte déjà 3,5 milliards de pages vues mensuelles) et la toute jeune Secret, sont à l’origine d’une petite révolution dans la manière dont les journalistes travaillent avec leurs sources d’information. Jusqu’à présent en effet, l’identité des sources était cachée aux lecteurs mais connue des reporters. Désormais, ces derniers sont également ignorants de la nature de celles et ceux qui les informent.

Ainsi que le raconte le site web de la Fondation Nieman pour le journalisme de l’Université de Harvard, l’hypothèse de la séparation de l’actrice Gwyneth Paltrow et du chanteur Chris Martin a fait surface sur Whisper quelques semaines avant son annonce officielle. Un utilisateur (forcément) anonyme y avait en effet accusé la comédienne de tromper son mari et cette spéculation avait été reprise sur le site Gawker.

(CC) See-ming Lee

(CC) See-ming Lee

Il est difficile de ne pas voir cette pratique naissante comme une dérive de l’éthique journalistique qui commande de vérifier avec au moins deux sources toute information avant de la relayer. Comment en effet évaluer la crédibilité des sources anonymes actives sur Secret et Whisper ? Utilisé avec de telles sources individuelles, le journalisme risque vite de s’apparenter à une roulette belge…

En revanche, de telles applications peuvent présenter davantage d’intérêt lorsqu’elles permettent d’accéder à une somme de contenus mis en ligne par plusieurs personnes. C’est l’objet de l’accord conclu entre Whisper et BuzzFeed.

Le site d’information peut ainsi identifier des tendances qui, sans les publications anonymes de Whisper, resteraient ignorées. Ces révélations peuvent aujourd’hui concerner des sujets frivoles comme les pratiques de divertissement au sein des universités américaines ou des thématiques plus sérieuses comme les confessions de soldats américains sur l’impact émotionnel de leurs missions.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo