Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Le vrai et le faux journalisme

Deux contre-exemples éclairants.

Mes pérégrinations sur le web ces derniers jours m’ont exposé à deux exemples du vrai et du faux journalisme qui ne correspondent pas forcément aux idées reçues.

Le premier a trait à un sondage réalisé par ING auprès de journalistes et relaté par le site Internet de l’école de journalisme Poynter (voir slides ci-dessous). Il révèle que seulement 20% des journalistes vérifient toujours une information avant de la publier.

Le second concerne une alerte diffusée par The New York Times hier suite à une décision de la Cour Suprême des Etats-Unis. De manière remarquable, le grand quotidien informe uniquement ses abonnés que l’institution s’est prononcée. Il explique que ses journalistes sont en train de lire le document rendu public par la Cour et qu’ils compléteront leur article dès qu’ils seront assez confiants dans leur compréhension de sa signification.

(CC) The New York Times, @kathleenbot

(CC) The New York Times, @kathleenbot

Aujourd’hui, le journalisme semble plutôt être perçu comme une pratique devant correspondre aux résultats du sondage d’ING, c’est-à-dire régie par l’impératif de vitesse. Tout le monde veut être au courant de tout en temps réel et les médias et journalistes qui n’ont pas le courage de résister se laissent emporter par la déferlante de l’immédiateté. Etre le premier est plus important qu’être pertinent. Les journalistes sont naturellement coupables mais nous les encourageons dans leur dérive par nos habitudes de consommation d’une actualité fast news aussi peu digeste que le fast food.

La mission du journalisme n’est pas de diffuser des rumeurs, des spéculations ou des ragots. Elle est de jouer un rôle de relais – dans “média” il y a “médiation” – entre la marche du monde et les citoyens. Ce rôle est essentiel pour la démocratie. Il nécessite un recul souvent incompatible avec la dictature de l’instantanéité.

Certainement instruit par l’énorme fiasco subi par deux grands médias à l’occasion de l’annonce d’une précédente décision de la Cour Suprême, The New York Times a compris qu’il fallait prendre le temps de comprendre les attendus de l’institution avant de les rendre intelligibles pour ses lecteurs.

Le vrai journalisme perd du temps pour gagner en crédibilité. Le faux journalisme croit gagner en crédibilité en gagnant du temps.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo