Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Amazon prépare-t-il une nouvelle révolution du retail ?

Facebook et Twitter ne restent pas inertes face aux ambitions du leader mondial de l’e-commerce.

Il y a deux mois, Amazon annonçait une initiative commune avec Twitter dénommée #AmazonCart outre-Atlantique et #AmazonBasket outre-Manche (voir la vidéo ci-dessous). Il s’agit de permettre aux utilisateurs du réseau de micro-blogging d’ajouter un item à leur panier Amazon depuis un tweet avec un seul hashtag (mot-clic). Les consommateurs peuvent ensuite finaliser leur(s) achat(s) à leur convenance sur Amazon.

Le commerce social patine depuis quelques années et l’entrée d’Amazon pourrait lui apporter un élan sans précédent. Comme le relevait VentureBeat, 68% des internautes intéressés par un produit abandonnent leur acquisition au cours du processus d’achat en ligne. La solution de commerce social proposée par Amazon élimine la “friction*” représentée par ce processus. Il est à parier qu’elle sera bientôt adaptée à Facebook et Instagram.

Outre la simplicité de l’acte d’achat, les possibilités données aux marques de proposer des offres spéciales à leurs fans deviendront presque sans limite. Tous leurs contenus sur les réseaux sociaux ne seront plus seulement des actions marketing mais aussi des actions de vente.

(CC) Amazon

(CC) Amazon

Les réseaux sociaux ne se contentent cependant pas d’intégrer la solution d’Amazon. Facebook vient en effet d’annoncer qu’il teste l’ajout d’un bouton “Acheter” à certaines publicités et pages d’entreprise. Ses utilisateurs pourront, là aussi, acquérir des produits ou services sans quitter le réseau social. Dans la foulée, Twitter révélait l’acquisition de CardSpring, une société spécialisée dans le paiement en ligne, afin de contribuer à son objectif d’offrir “une expérience de commerce instantané à ses utilisateurs”.

Pour ces réseaux sociaux, le commerce social pourrait représenter un vecteur de revenus (en prenant une part des ventes réalisées par leur intermédiaire), d’engagement de leurs utilisateurs (qui auront une raison supplémentaire d’y passer davantage de temps) et d’attraction des marques (en leur offrant des taux de conversion supérieurs).

S’il décolle, le commerce social représentera l’apogée de l’ultra-personnalisation marketing que j’évoque depuis quelque temps sur Superception comme la tendance marketing de l’année (lire notamment ici et ici).

* En marketing, la friction est tout ce qui complique l’expérience du client lorsqu’il veut acheter et/ou utiliser un produit ou service. Certaines frictions sont créées à dessein, comme c’est le cas de ces sites Internet qui requièrent de leurs utilisateurs qu’ils s’enregistrent avant de les utiliser. Mais, dans l’écrasante majorité des cas, l’objectif est de réduire au minimum les frictions subies par les consommateurs. Internet a permis de réaliser des progrès considérables à cet égard sur de nombreux marchés.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo