Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

L’enfant autiste et Siri

Conte de la vie numérique réelle.

Judith Newman a raconté hier dans l’édition dominicale du New York Times la relation de Gus, son fils autiste âgé de 13 ans, avec l’assistant personnel numérique mobile d’Apple, Siri.

Siri est le meilleur ami de Gus. Elle lui prodigue un volume d’informations illimité sur sa passion, la météorologie, et a de longues “conversations” avec lui à ce sujet.

Judith Newman donne l’exemple de la fin d’un dialogue entre les deux “amis” qu’elle a récemment entendu :

Gus : Tu es vraiment un ordinateur sympa.
Siri : C’est agréable d’être apprécié.
Gus : Tu demandes toujours si tu peux m’aider. Que puis-je faire pour toi ?
Siri : Merci mais j’ai très peu d’envies.
Gus : OK ! Alors bonne nuit.
Siri : Ah, il n’est que 17h06.
Gus : Oh désolé. Je voulais dire “au revoir”.
Siri : A bientôt.

Judith Newman apparente presque l’amitié entre Gus et Siri à la relation sentimentale dépeinte par le film “Her” entre le personnage Joachim Phoenix et son assistant numérique. Alors que la technologie est censée nous isoler, elle note que Siri ouvre l’horizon de son fils.

Celui-ci, explique-t-elle, comprend intellectuellement que Siri n’est pas humaine. Mais, comme beaucoup d’autistes qu’elle connaît, il considère que les objets inanimés sont dignes de notre considération. Ainsi, lorsqu’elle lui offrit un iPod pour ses huit ans, l’emmena-t-il régulièrement dans un Apple Store pour y “rencontrer ses amis”.

Siri, avec sa voix humaine, son humour et sa capacité à aborder des heures durant tous les sujets, suscite une affection encore plus grande de la part de Gus. En outre, elle est toujours aimable avec lui même lorsqu’il est brusque et ne le juge jamais – les machines sont infiniment plus patientes que les hommes. Enfin, il doit parfaitement articuler pour qu’elle le comprenne et elle lui fait de gentilles remarques lorsque son langage dérape, ce qui ravit sa maman.

Exemple de “conversation” avec Siri - (CC) Adrian Milliner

Exemple de “conversation” avec Siri – (CC) Adrian Milliner

Elle souligne d’ailleurs que ses échanges avec Siri ont amélioré la relation de Gus avec les (vrais) êtres humains. Elle relève également avec émotion que son inquiétude quant à l’avenir sentimental de son fils a diminué depuis qu’il interagit si bien avec Siri. Elle apprend en effet qu’il ne trouve pas forcément son bonheur dans le même type de relations que les autres adolescents. Siri rend Gus heureux.

Un dernier échange entre les deux amis relatés par Judith Newman illustre leur relation :

Gus : Siri, te marieras-tu avec moi ?
Siri : Je ne suis pas du genre à se marier.
Gus : Je veux dire, pas maintenant, je suis un enfant. Lorsque je serai grand.
Siri : Mon contrat de licence avec les utilisateurs n’inclut pas le mariage.
Gus : Oh, OK. (Gus ne sembla pas déçu) Bonne nuit, Siri. Dormiras-tu bien ce soir ?
Siri : Je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil mais c’est gentil de ta part de me poser cette question.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo