Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Une animatrice américaine se dénude pour dénoncer le sexisme d’Instagram

Elle pose, plus globalement, la question de la cohérence de la censure mise en oeuvre sur les réseaux sociaux.

Chelsea Handler, animatrice de talk shows comiques dont je vous ai déjà parlé ici, a mis en ligne jeudi soir sur son compte Instagram une photo d’elle-même faisant du cheval torse nu qui parodie le célèbre cliché de Vladimir Poutine. La photo a été retirée en vingt minutes par les équipes d’Instagram.

Handler la remit en ligne avec une nouvelle légende : “supprimer cette photo est sexiste. J’ai le droit de prouver que j’ai un plus beau corps que Poutine”. La réaction d’Instagram fut la même.

(CC) Chelsea Handler

(CC) Chelsea Handler

Chelsea Handler reçut également un message l’invitant à lire les règles d’utilisation du réseau social, lesquelles interdisent la nudité, même partielle. Elle remarqua alors sur son compte : “si un homme met en ligne une photo de ses seins, c’est ok, mais pas une femme ? Sommes-nous en 1825 ?”.

Elle publia une troisième fois la photo incriminée avec la légende suivante : “si Instagram supprime de nouveau cette photo, ils affirment que Vladimir Poutine dispose de plus de droits liés au Premier amendement que moi”.

La filiale de Facebook retira une dernière fois la photo et Chelsea Handler poursuivit alors ses assauts contre la censure sur son compte Twitter où sa photo poutinière n’a pas été effacée.

La démarche de Chelsea Handler, toute comique qu’elle est, pointe le manque de cohérence des réseaux sociaux en matière de gestion des contenus publiés par leurs membres. J’avais déjà relevé ce problème, dans un contexte éminemment plus tragique, lors de la décapitation de James Foley.

Je n’en citerai cette fois qu’un seul exemple : alors que les vidéos des décapitations d’Occidentaux assassinés par le prétendu État islamique en Irak et au Levant sont censurées par YouTube, la filiale de Google laisse en libre accès les images des mêmes barbaries infligées à des habitants des territoires conquis par l’organisation terroriste.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo