Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

Notre ignorance détermine notre capacité d’attention

Des chercheurs de l’Université Johns Hopkins (Baltimore) ont démontré que, lorsque des individus prennent le temps d’apprendre les informations qu’ils doivent ignorer, ils deviennent capables de traiter plus rapidement des informations complexes.

Cette conclusion contredit les résultats des études précédentes qui mettaient en lumière que le fait de chercher à ignorer des informations sans intérêt est contre-productif.

En fait, cela ralentit les individus concernés dans un premier temps mais se révèle très efficace sur la durée. En ignorant les informations dénuées d’intérêt, ils améliorent leur performance de recherche visuelle, une aptitude critique pour des professionnels tels que les radiologues ou les personnels de sécurité des aéroports.

(CC) Kate Dreyer

(CC) Kate Dreyer

Pour arriver à cette conclusion, l’équipe de l’Université Johns Hopkins a soumis des volontaires à des tests d’acuité visuelle en leur demandant de trouver des lettres données sur une image constituée d’un patchwork de lettres de plusieurs couleurs. Ce montage leur était projeté sur un écran d’ordinateur.

Les participants auxquels il fut dit d’ignorer une couleur firent preuve d’un temps de réaction moins rapide au début de l’exercice mais, après une pratique assez longue (une centaine d’essais), ils trouvèrent les lettres recherchées beaucoup plus rapidement que les volontaires auxquels il n’avait été donné aucune indication de couleur. Mieux, le plus d’informations ils pouvaient ignorer, le plus rapidement ils trouvaient les lettres ciblées.

Les neurologues en conclurent que

La faculté d’ignorer est déterminante dans la capacité d’attention. […] L’attention est généralement envisagée comme un processus qui augmente le traitement visuel d’objets importants. Cette étude montre l’importance de la suppression active de stimuli concurrentiels. C’est ce que nous appelons la face obscure de l’attention“.

Les chercheurs de Johns Hopkins n’abordent pas ce point mais il me semble que le rôle de “la face obscure de l’attention” dans la perception cognitive s’apparente à celui qu’ils ont mis en exergue dans la perception oculaire.

En effet, c’est parce nous occultons, notamment du fait de nos convictions, expériences de vie et centres d’intérêt, des éléments d’information que nous sommes d’autant plus focalisés émotionnellement sur notre perception de certains stimuli auxquels nous sommes exposés.

En perception comme en vision, la faculté d’ignorer est déterminante dans la capacité d’attention et la perception de certaines informations est d’autant plus forte que d’autres sont totalement occultées.

Plus une opinion est forte, plus elle ressemble à un tunnel visuel.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo