Fermer

Ce formulaire concerne l’abonnement aux articles quotidiens de Superception. Vous pouvez, si vous le préférez, vous abonner à la newsletter hebdo du site. Merci.

Abonnement

Fermer

Communication.Management.Marketing

Toute vérité n'est que perception

La confiance dans les médias à son plus bas niveau

Une étude réalisée outre-Atlantique1 par Media Insight Study, un partenariat entre l’agence Associated Press et l’American Press Institute, révèle des résultats qui font froid dans le dos et devraient constituer une alerte démocratique.

Ses principales conclusions se présentent comme suit :

  • seulement 6% des personnes interrogées font largement confiance aux médias, ce qui en fait l’une des institutions les moins fiables aux yeux des Américains ;
  • l’exactitude des faits rapportés par les médias représente, logiquement, un élément extrêmement ou très important pour près de 90% des personnes interrogées ;
  • mais 40% d’entre elles peuvent citer au moins un exemple d’une relation médiatique inexacte ou tendancieuse de l’actualité qui a érodé leur confiance ;
  • 60% des Américains s’informent plusieurs fois par jour sur leurs équipements électroniques (ordinateurs, smartphones, tablettes) ;
(CC) Giulia van Pelt

(CC) Giulia van Pelt

  • une majorité des personnes interrogées découvrent l’actualité sur les réseaux sociaux, au premier rang desquels Facebook ;
  • pourtant, seulement 12% des membres de Facebook lui accordent une grande confiance en matière de relation de l’information (contre 18% pour Twitter) ;
  • la source de l’information relayée sur un réseau social est le premier critère selon lequel les internautes jugent sa fiabilité éventuelle, laquelle les incite (ou pas) à cliquer sur le lien URL concerné.

Le rôle indispensable des médias dans l’information des citoyens et la formation de leurs opinions, deux missions essentielles à l’hygiène démocratique, impose que l’on soit particulièrement exigeant à l’égard des journalistes.

Cette enquête d’opinion montre que cette exigence est aujourd’hui de plus en plus déçue et confirme malheureusement le constat que je faisais dans l’article “Le journalisme et la Société du mensonge” que j’avais publié il y a quelques mois.

C’est d’autant plus malheureux que l’annonce, hier, des Prix Pulitzer, dont un décerné à l’agence Associated Press pour une enquête qui permit la libération de plus de 2 000 esclaves en Asie du Sud-Est, rappelle les valeurs et la valeur du journalisme.

En définitive, les citoyens sont des victimes consentantes des dérives des médias qu’ils dénoncent. Dans le cas contraire, l’audience des médias les plus irréprochables sur le plan déontologique serait sans commune mesure avec ce qu’elle est.

Comme Albert Camus l’écrivit le 31 août 1944 dans Combat,

Un pays vaut souvent ce que vaut sa presse“.

1 Les enquêtes conduites dans d’autres pays arrivent à des conclusions assez cohérentes avec celles du Media Insight Study.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Remonter

Logo créé par HaGE via Crowdspring.com

Crédits photos carrousel : I Timmy, jbuhler, Jacynthroode, ktsimage, lastbeats, nu_andrei, United States Library of Congress.

Crédits icônes : Entypo